Quand un influenceur « conseille » aux homosexuels de prendre « un Efferalgan avec du cyanure »

Bassem Braiki, un blogueur controversé, fait selon LCI l’objet de plaintes qui ont été déposées par des associations de défense des droits des LGBT après avoir posté une story Snapchat le 28 aout 2018 dans laquelle il conseillait vivement aux homosexuels de se soigner en prenant de l’Efferalgan avec du cyanure.

« Tu prends un Efferalgan, tu mélanges avec du cyanure puis ça va vous soigner, je pense que c’est ça. » Si Bassem Braiki pensait que ses déclarations passeraient inaperçues, ces déclarations ont suscité la fureur des membres de la communauté LGBT.

La publication du blogueur fait suite à une récente déclaration du pape, une déclaration dans laquelle le souverain pontife conseillait aux familles d’enfants homosexuels de se tourner vers la psychiatrie.

Vous trouverez d’ailleurs à la fin de l’article l’intervention du Pape, traduite par Brut FR.

Bassem Braiki a une dent contre les homosexuels

Si les propos – parfois déformés – du pape ont choqué pas mal de monde, Bassem Braiki, lui, a déclaré être du même avis.

« Le pape il a raison. » a-t-il déclaré. Il a ensuite poursuivi en l’acclamant : « Vive le pape, tous derrière le pape. »

Il s’est ensuite adressé aux homosexuels en ces termes : « Faut qu’on vous soigne, et moi j’ai la solution pour qu’on vous soigne. Tu prends un Efferaglan, tu mélanges avec du cyanure puis ça va vous soigner, je pense que c’est ça. Faut éradiquer ce phénomène, la tête de ma mère, trop c’est trop. Avant t’étais un homo tu vivais ça en cachette, tu vivais ton bonheur en cachette, là aujourd’hui vous voulez nous imposer des trucs, vous voulez que ça devienne normal. Eh ben nous on se battra, on se battra bec et ongles pour la normalité. »

Les poursuites judiciaires ne se sont pas fait attendre

Les membres de la communauté LGBT n’ont pas attendu longtemps pour réagir aux commentaires de Bassem Braiki. Le 29 aout 2018, l’Amicale des jeunes du refuge a annoncé qu’elle portait plainte contre le blogueur. L’association a envoyé une lettre au procureur de la République de Lyon.

Elle a ainsi montré du doigt « des faits d’incitation à la haine et de discrimination. » Par la suite, d’autres associations dont Stop Homophobie et Mousse ont aussi déposé des plaintes pour injure publique, incitation à la haine et à la violence envers un groupe de personnes contre Bassem Braiki.

Le blogueur ne s’est pas encore exprimé face aux plaintes dont il fait en ce moment l’objet.

Mots-clés snapchat