Quand un robot mime des muscles humains

Des chercheurs de la Columbia Engineering ont réussi à développer des muscles robotiques dont l’apparence et la gestuelle sont similaires à celles des humains. Fabriqués en tissu synthétique imprimé en 3D, ils peuvent bouger comme un muscle actif. Ils sont capables de pousser, tirer, plier et tordre, mais aussi de soulever de très lourdes charges.

Pour parvenir à de telles prouesses, les scientifiques se sont appuyés sur l’utilisation d’un système de compresseurs externes reliés et d’équipement haute tension. Les mouvements fluides des robots reposent, quant à eux, sur la combinaison de caoutchouc de silicone avec des microbulles qui distribuent de l’éthanol.

Muscle robot

Cette prouesse représente une grande avancée pour la soft robotics, et nous rapproche un peu plus de la création de robots humanoïdes.

Comment fonctionne la technologie ?

Les muscles artificiels ont été fabriqués dans du tissu synthétique imprimé en 3D. Ils sont activés grâce à un câble fin résistif qui conduit de l’électricité à faible puissance de huit volts. Les scientifiques ont mené plusieurs expériences pour tester les performances et les limites des muscles. Il en résulte que ces derniers ont révélé de grandes facultés d’expansion-contraction.

Les chercheurs ont également constaté que lorsque le tissu synthétique est électriquement soumis à une température de 80 °C, il est capable de s’étirer jusqu’à 900 %. Il peut ainsi supporter des hautes tensions d’actionnement en même temps qu’une déformation élevée.

Depuis, plusieurs autres applications robotiques ont été tentées et les résultats ont tous été très encourageants.

Bientôt des robots à la Terminator

Pour les scientifiques de la Columbia Engineering, cette nouvelle technologie est une véritable première qui va permettre de grandes avancées dans le domaine de la soft robotics. L’utilisation de ces muscles et tissus synthétiques va en effet permettre de créer des robots aux apparences plus humaines dans un futur proche. Les machines créées devraient être capables de se mouvoir de manière fluide, exactement comme un humain.

Pour y parvenir, la prochaine étape sera de connecter les muscles synthétiques avec une intelligence artificielle qui va apprendre à les contrôler et les utiliser de manière autonome. Cette avancée ne manque pas non plus d’enflammer les débats…

Mots-clés robotiquerobots