Clicky

Quoi de neuf dans WordPress 4.3 ?

Malgré sa position affirmée dans le domaine des CMS et plus particulièrement des moteurs de blogs, WordPress ne cesse de vouloir s’améliorer et les mises à jour arrivent régulièrement. Aujourd’hui, c’est la version 4.3 qui est de sortie, avec son lot de nouveautés qui raviront tout le monde. WordPress 4.3 a été nommée Billie, en hommage à la chanteuse de jazz Billie Holiday.

Pour ceux qui ont eu des soucis suite à la mise à jour vers WordPress 4.2.3, rassurez-vous : mettre à jour vers WordPress 4.3 ne cassera rien, c’est promis. Il ne s’agit pas ici d’une mise à jour urgente de sécurité mais simplement d’une nouvelle version avec de bien jolies nouveautés à la clé.

WordPress 4.3

WordPress 4.3 Billie est de sortie

Un peu de Markdown pour accélérer l’écriture

L’éditeur visuel se voit amélioré dans WordPress 4.3, permettant notamment l’utilisation de quelques raccourcis issus du Markdown. En clair, si vous voulez créer une liste, vous n’avez plus besoin de cliquer sur l’icône de liste de l’éditeur : tout ce que vous aurez à faire, c’est taper * suivi de votre premier item de liste, d’aller à la ligne et de recommencer avec le second item, etc. Cela marche également avec les listes ordonnées, simplement en tapant 1. ou 1).

De même, vous pourrez ajouter des titres plus facilement : en précédant votre ligne de deux à six symboles #, vous créerez un titre de niveau deux à six. Enfin, les blocs de citations peuvent être ajoutés via le raccourci >.

L’équipe de WordPress a déjà annoncé que d’autres raccourcis viendront agrémenter cette liste à mesure que les versions avanceront.

Vous allez vous sentir coupable d’utiliser un mauvais mot de passe

Désormais, lorsqu’un nouveau compte est créé, que ce soit pour ajouter un nouvel utilisateur ou tout simplement lors de l’installation de WordPress, le CMS va générer aléatoirement un mot de passe fort, contenant beaucoup de caractères spéciaux rendant la chose illisible.

WordPress compte sur les navigateurs et les gestionnaires de mots de passe pour retenir ce long mot. Cette décision a été prise pour sécuriser au maximum votre installation : un mot de passe complexe est toujours plus difficile à trouver.

Ceci est le comportement par défaut. Cependant, vous pouvez toujours, si vous le préférez, choisir votre propre mot de passe. WordPress vous indiquera alors son niveau de sécurité (selon WordPress) et, si ce niveau n’est pas suffisamment élevé, une case à cocher apparaîtra pour valider votre choix, histoire que vous vous sentiez coupable d’utiliser un mot de passe médiocre.

Le customiseur de thèmes à l’honneur

WordPress 4.3 signe le retour triomphal du customiseur de thèmes. Enfin, « retour » n’est pas vraiment le mot exact puisqu’il n’est jamais parti. En réalité, il se cache un peu moins désormais.

Auparavant, pour trouver le customiseur de thème il fallait se promener dans l’administration. Désormais, il est un peu plus accessible, via un bouton dans la barre qui se situe en haut de chaque page une fois que vous êtes connecté. Tant que vous avez les droits suffisants pour le voir, bien sûr.

La raison de cette mise en avant, c’est que le customiseur de thèmes se voit doté de nouvelles fonctionnalités qui ne manqueront pas d’intéresser les développeurs, avec notamment des classes toutes neuves pour gérer les uploads de médias, des classes mieux faites que la précédente, mais tout aussi simples à utiliser.

Des favicons !

En lien avec le customiseur de thèmes, nous trouvons l’API des « Site Icons » comme WordPress les appelle. Ce ne sont rien d’autre que la fameuse favicon que vous pouvez par exemple voir sur l’onglet de votre site.

Désormais, le customiseur de thèmes va vous permettre, vous en tant qu’utilisateur non développeur, de choisir votre favicon très simplement. Et ce, quel que soit votre thème : les développeurs n’auront pas besoin de jouer avec cette API (qui possède néanmoins des fonctions publiques) pour permettre cette personnalisation à leurs utilisateurs.

Tout est donc automatique : si vous souhaitez changer votre favicon, rendez vous dans le customiseur de thèmes, rubrique « Identité du site », et choisissez votre image, que vous pourrez rogner à loisir (au passage, grâce à une des nouvelles classes citées précédemment).

La bonne nouvelle, c’est que WordPress se charge de tout : cette favicon qui devra faire au minimum 512 pixels de large sera affichée partout, y compris sur les raccourcis que vos visiteurs peuvent installer sur leurs smartphones (d’où l’importance d’une résolution suffisante).

Notez que l’arrivée des Site Icons est une bonne nouvelle pour ceux qui étaient frustrés de voir l’administration toute nue : les pages de cette dernière vont également arborer la favicon sélectionnée. Si ça ce n’est pas de la fonctionnalité révolutionnaire, je ne vois pas ce qu’il vous faut.

Et c’est tout ?

Ça, c’était pour les gros trucs. Mais l’équipe de développement de WordPress nous a également gratifié de quelques autres petites nouveautés. Par exemple, les pages d’administration ne montreront plus leur titre principal dans un tag h2 mais bien dans un tag h1. Ça ne paraît rien comme ça, mais ça ajoute toujours plus d’accessibilité.

Par ailleurs, WordPress fermera désormais automatiquement les commentaires sur les nouvelles pages créées, par défaut. Cela ne concerne bien sûr que les pages et pas les articles qui eux restent comme avant.

Dans la catégorie « ça n’intéressera que les développeurs », on trouve un nouveau fichier template pour les thèmes : singular.php, représentant tout type de post seul. De plus, WordPress commence à déprécier l’écriture du code à la sauce PHP4. Et c’est une bonne chose.

Mots-clés Wordpress

Jérémy

Étudiant en maths, Jérémy est un passionné qui touche un peu à tout, et plus particulièrement au développement web et à l'actualité high-tech qu'il partage avec vous sur Machineo et surtout ici-même.