Qwant passe à la vitesse supérieur, recrutements et agrandissement en vue à Nice

Alors qu’il devrait dépasser le seuil notable des 15 milliards de requêtes honorées cette année (après en avoir traité pas moins de 9,6 milliards en 2017), Qwant, le moteur de recherche respectueux de la vie privée, s’agrandit et s’apprête à recruter… tout en restant implanté en France. Dans ses locaux niçois, la start-up s’affiche en contre-exemple de l’exploitation sauvage des données souvent pointée du doigt chez Google, notamment. Le groupe, qui dénombre actuellement une quarantaine d’employés dans son antenne de Nice, promet en effet de ne pas faire son beurre sur le dos de ses utilisateurs – de plus en plus nombreux – en vendant leurs données personnelles.

Pour répondre à cette croissance et appréhender plus confortablement l’avenir (Qwant vise à terme une occupation de 5 à 15 % du marché européen), le moteur de recherche troquera prochainement ses locaux actuels de 300 m² pour un nouvel espace, cette fois de 1000 m², toujours à Nice. Les effectifs de l’antenne niçoise de Qwant devraient par ailleurs doubler d’ici le début d’année 2019.

L’outsider Qwant, qui s’apprête à dépasser les 15 milliards de requêtes, passe à la vitesse supérieure en s’agrandissant. Des embauches sont par ailleurs prévues.

« L’ouverture [de ces nouveaux locaux] est programmée pour le premier semestre 2019 et elle sera accompagnée de l’arrivée de 40 nouveaux collaborateurs« , a notamment expliqué Eric Léandri (président de Qwant), contacté par 20 Minutes. « Au total sur nos cinq sites [avec Paris, Ajaccio, Rouen et Epinal], nous avons 160 employés. Nous en serons à 250 fin 2019« , a-t-il ajouté auprès du quotidien.

Qwant face à Google, le combat de David contre Goliath

La croissance de Qwant est toutefois loin d’en faire un concurrent d’envergure pour Google. Comme le souligne 20 Minutes, tandis que le géant de Mountain View répond à quelques 100 millions de recherches chaque mois, Qwant prévoit pour sa part d’en avoir traité un total de 15 milliards tout au long de cette année 2018. Les deux moteurs de recherches n’évoluent donc pas dans la même cour, mais Qwant peut compter sur les retours positifs et la fidélité de ses utilisateurs, ainsi que sur un phénomène de bouche à oreille qui lui permet d’avoir le vent en poupe.

Pour améliorer sa visibilité, et par conséquent continuer de croître, Qwant compte en outre beaucoup sur le soutien de grandes entreprises et sur l’appui des institutions. Récemment, on apprenait par exemple que l’Assemblée Nationale laissait tomber Google au profit de Qwant, qui se présente comme une solution quasiment Made in France. Même principe pour Thalès (géant français de l’électronique, spécialisé dans l’aérospatiale), mais aussi les régions Ile-de-France, Paca, ainsi que la métropole Nice Côte d’Azur en octobre dernier.

Pour rappel, Qwant est disponible en 26 langues et dans pas moins de 42 pays. Le moteur de recherche, qui totalise actuellement 5% de parts de marché dans l’Hexagone, table à moyen terme sur un objectif de 36 à 40 milliards de requêtes traitées par an d’après son président.

Mots-clés qwant