Rachat de Github : Google n’était « pas contre » un rachat de la plateforme

« Je n’aurais pas été contre les racheter mais ce n’est pas grave« . La petite phrase de Diane Greene, la patronne du Cloud chez Google, à propos du récent rachat de Github par Microsoft, n’est pas passée inaperçue au cours de l’entretien qu’elle a récemment accordé au magasine Fortune (vous pouvez retrouver les déclarations de Diane Greene à ce propos à partir de la 18e minute de l’interview). Reprise par plusieurs médias, dont Bloomberg et The Verge, cette brève déclaration confirme un certain nombre de rumeurs qui laissaient effectivement entendre que le géant de Mountain View était lui aussi très intéressé par la plateforme spécialisée  – notamment – dans l’hébergement et la gestion de codes sources et de logiciels en développement.

Selon les informations compilées par les deux sites spécialisés, Microsoft et Google se seraient même plus ou moins affrontés pour mettre la main sur Github, en faisant l’un comme l’autre monter les enchères. Finalement, ce sont les relations amicales qu’entretiennent Chris Wanstrath (le fondateur de la plateforme) et Satya Nadella (le CEO de Microsoft) qui auraient permis au groupe de Redmond de faire pencher la balance de son côté.

Il semblerait que Google soit passé à deux doigts de racheter Github. La plateforme, acquise dernièrement par Microsoft aurait été dans le collimateur de la firme de Mountain View avant de passer dans le giron de celle de Redmond.

Reste qu’au travers de cette acquisition, Microsoft venait tout de même de dépenser la bagatelle de 7,5 milliards de dollars. Annoncé le 4 juin dernier, ce rachat surprise aura par ailleurs réussi à prendre au dépourvu une bonne partie de la sphère Tech et des aficionados de Github – qu’il s’agisse de particuliers, de professionnels ou d’entreprises.

Github saura-t-il rester neutre après son rachat par Microsoft ?

Comme le rappelle The Verge, la plateforme est très populaire parmi les grands nom de la Tech. Apple, Amazon, Facebook, Google et bien d’autres y ont leurs habitudes depuis plusieurs années et contribuent – en déposant de la documentation, des projets et du code – à la bonne santé du service qui compte près de 85 millions de projets sur lesquels travaille une communauté de 28 millions de développeurs.

Compte tenu du changement de propriétaire et des origines libres de Github, la question de la neutralité du service (maintenant qu’il appartient à Microsoft) entre en ligne de compte. Notamment chez Google… mais pas seulement.

Du côté de Facebook, les choses sont claires. La firme de Mark Zuckerberg indiquait suite au rachat de la plateforme qu’elle continuerait de l’utiliser « tant que Github restera un bel endroit » où elle peut « partager ses projets et collaborer avec une communauté open source« . Chez Google on est toutefois un peu plus méfiants. « J’espère vraiment que Microsoft leur permettra de rester totalement neutres (…), mais je pense que ça risque d’être difficile après avoir dépensé 7,5 milliards de dollars« , expliquait ainsi Diane Greene, toujours auprès de Fortune.

Clairement, la balle est dans le camp de Satya Nadella et de ses équipes, qui ont déjà cherché à calmer le jeu, mais sans donner pour l’heure de détails précis sur la place qu’occupera Github dans l’écosystème de Microsoft.