Rape Day, le simulateur de viols, a été éjecté de Steam

Rape Day n’est plus le bienvenu sur Steam. Malgré la politique laxiste de Valve en la matière, l’entreprise a finalement décidé de retirer le titre controversé de sa boutique. En cause, « des coûts et des risques inconnus ».

Rape Day s’est retrouvé sous les feux des projecteurs – et des critiques – en début de semaine. Très violent, le titre encourageait en effet les joueurs à harceler, tuer et violer des femmes, le tout dans une ambiance post apocalyptique et donc un monde où les zombies régnaient en maître.

Rape Day

Capture écran Steam

Les médias se sont très vite emparés de l’affaire et Valve a alors dû faire face à un tollé général.

Rape Day n’est plus le bienvenu sur Steam

Il semblerait que les nombreuses protestations des internautes aient finalement été entendues. L’éditeur a effectivement fait savoir par le biais d’un communiqué de presse que Rape Day n’avait plus sa place sur Steam :

« Après des enquêtes et des discussions approfondies, nous pensons que Rape Day entraîne des coûts et des risques inconnus, et ne sera donc pas distribué par le biais de Steam. »

La messe est dite. Selon Valve, le titre allait visiblement un peu trop loin pour être distribué sur la plateforme. Toutefois, le géant américain a tout de même indiqué avoir le plus grand respect pour le travail des développeurs en règle générale :  « Nous respectons le désir des développeurs de s’exprimer et l’objectif de Steam est d’aider les développeurs à trouver un public. Mais ce développeur a choisi un contenu et une manière de le représenter qui nous empêche de l’aider ».

Le développeur veut lancer sa propre plateforme

En d’autres termes, Rape Day allait beaucoup trop loin dans le mauvais goût et il était donc impossible de le garder dans le catalogue de Steam.

Si cette décision est assez logique, elle va à contresens de ce qui avait été annoncé par les responsables de la boutique l’année dernière. Ces derniers avaient en effet promis de ne pas faire preuve de censure et d’autoriser ainsi tous les contenus, sans jugement de quelque sorte que ce soit.

Desk Plant, le développeur de Rape Day, n’est pas découragé cependant et il compte bien tout mettre en oeuvre pour commercialiser son titre. Il compte même aller plus loin en s’associant avec d’autres studios victimes de ce type d’interdiction afin de lancer une plateforme de niche commune… et donc un concurrent à Steam.

Mots-clés steamvalve