RapidShare va limiter les débits pour lutter contre le piratage

Avec l’arrestation de Kim Dotcom et la fermeture de Megaupload, le FBI est parvenu à réaliser un véritable tour de force et les avantages de l’opération sont évidemment nombreux : d’une les vilains pirates ont vu leur plateforme de prédilection disparaître dans les méandres du web, de deux cette histoire a fait drôlement peur à tous les services analogues. On en a même déjà parlé, la plupart de ces derniers limitent aujourd’hui leur offre et RapidShare vient tout juste de se ranger à leurs côtés. Car en effet, l’un des plus grands concurrents de Megaupload a finalement décidé de limiter ses débits pour lutter contre le piratage et dissuader tous ceux qui ne respectent pas le droit d’auteur. Enfin, en tout cas, c’est ce qu’il aimerait bien nous faire croire…

RapidShare va limiter les débits pour lutter contre le piratage

Officiellement, RapidShare a donc décidé de prendre possession en instaurant une limite de débit pour tous les comptes gratuits utilisant sa plateforme. Ces derniers ne pourront ainsi plus aller au delà de 30 Kb/s, ce qui n’est franchement pas énorme. Bien évidemment, cette limitation ne s’appliquera pas aux comptes premium et ils vont donc pouvoir continuer à se goinfrer bien comme il faut pour le moment. Selon la société, cette limitation devrait dissuader les pirates et sauver tous nos formidables artistes, ainsi que l’industrie du divertissement culturel. Bon, en gros, les dirigeants du service espèrent surtout que le FBI ne viendra pas frapper à leur porte et on les comprend complètement, cela va sans dire.

Mais ce n’est pas tout. Suite à la fermeture de Megaupload, RapidShare a vu son nombre d’utilisateurs augmenter de façon exponentielle et le service a du faire face à d’importants pics de trafic. Or justement, la plupart de ces nouveaux arrivants ne disposent évidemment pas d’un compte premium. En limitant le débit de tous les comptes gratuits, RapidShare va donc pouvoir pousser certains internautes à opter pour une solution d’abonnement. Quelque part, c’est plutôt intéressant pour eux puisqu’ils vont pouvoir se faire encore un peu plus de brouzoufs tout en brossant les ayants droit dans le sens du poil.

Car finalement, si RapidShare souhaitait vraiment lutter contre l’échange de fichiers illégaux, la plateforme n’aurait qu’à limiter la taille des fichiers envoyés sur ses serveurs. Mais là, c’est sûr, une telle prise de position aurait forcément un impact néfaste sur le trafic du site… et donc sur les bénéfices de l’entreprise. Forcément, là c’est tout de suite beaucoup moins intéressant, hein…

Via

Mots-clés rapidshareweb

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.