Clicky

Regen Box : ne jetez plus vos piles, régénérez-les !

L’obsolescence programmée n’est pas un mythe et c’est précisément ce que prouve cette surprenante histoire. Contrairement à ce que pensent la plupart des gens, les piles alcalines non rechargeables peuvent parfaitement être régénérées entre cinq à dix fois, au travers d’une méthode imaginée par l’inventeur de la pile alcaline sèche.

Karl Kordesch est né à Vienne en 1922 et il a très vite commencé à s’intéresser à la chimie et à la physique. Après avoir étudié ces disciplines à l’université de sa ville, il a décidé de passer un diplôme de docteur ès sciences à la fin des années 40, tout en travaillant pour l’établissement.

Regen Box

Les piles alcalines non rechargeables peuvent parfaitement être régénérées, mais peu de gens le savent.

Il a très vite commencé à se faire un nom dans le milieu et il a ainsi attiré l’attention du gouvernement américain, avant d’être sélectionné dans le cadre de l’opération Paperclip, une opération qui visait à exfiltrer et à recruter des scientifiques allemands afin de lutter contre l’URSS.

Les piles alcalines peuvent être régénérées entre 5 à 10 fois

Karl Kordesch a déménagé aux États-Unis au début des années 50 et il a alors été recruté comme directeur de l’unité « piles » de l’US Signal Corps. Le chercheur a ensuite été débauché par une entreprise de l’Ohio pour diriger deux groupes de recherche.

Il a déposé de nombreux brevets dans les années qui ont suivi et il a aussi mené plusieurs expérimentations qui ont conduit à l’invention de la pile à combustible à la fin des années 50. Une pile qui avait été présentée à l’Exposition universelle de 1958. Cette invention l’a propulsé sur le devant de la scène, mais il n’en est pas resté là et il a ainsi continué à travailler sur les piles alcalines quelques années plus tard après être retourné en Autriche.

Durant ses recherches, Karl Kordesch a trouvé un moyen de régénérer des piles alcalines sèches. Il avait d’ailleurs mis au point une pile capable d’être rechargée 25 fois, une pile qui a été commercialisée un peu plus tard par la marque américaine Rayovac et qui s’accompagnait d’un régénérateur.

Mais voilà, tout ne s’est pas passé comme prévu et le produit a fini par disparaître, en partie à cause d’un fournisseur canadien. L’entreprise aurait mis la clé sous la porte, privant du même coup Rayovac d’un composant essentiel dans l’élaboration de la pile.

Une technique qui a fini par tomber dans l’oubli

Quelques années plus tard, le brevet déposé par Kordesch a fini par tomber dans le domaine public et d’autres constructeurs ont lancé des stations de régénération pour ces piles, sans pour autant rencontrer le succès.

La technique a fini par sombrer dans l’oubli.

Mais voilà, un beau matin, un des ingénieurs ayant travaillé sur le processus de régénération a publié un message sur le site paléo-énergétique.org. Un message qui n’est pas passé inaperçu. Plusieurs associations sont tombées dessus et elles ont alors décidé de développer leur propre régénérateur de piles alcalines et de le placer en open source.

Après plusieurs semaines de boulot, elles ont fini par accoucher d’un prototype viable. Désormais, elles souhaitent passer à la vitesse supérieure et en faire profiter la communauté. Elles ont donc lancé une campagne sur Ulule, campagne que vous pouvez retrouver à cette adresse.

Mots-clés écologieinsolite

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.