Renault et Nissan s’allient pour fonder un laboratoire d’innovation à Tel Aviv

Le lundi 10 juin dernier, les constructeurs automobiles Renault et Nissan ont inauguré un laboratoire d’innovation commun à Tel Aviv. Cette infrastructure permettra aux deux entreprises de collaborer avec des start-ups israéliennes. Elle  travaillera également avec l’autorité de l’innovation du gouvernement israélien et sera axée sur les recherches concernant les capteurs utilisés en conduite autonome, la cyber-sécurité et le Big Data.

Crédits Pixabay

Plus de 10 projets seront testés et mis sur pied au sein du laboratoire avec l’aide de plusieurs start-ups israéliennes. Parmi celles-ci il y a par exemple Argus, la société spécialisée en cyber-sécurité, IRP Systems, le fabricant de systèmes de propulsion électrique, et Apollo Power, spécialiste en énergie solaire.

La mise en place de ce nouveau laboratoire d’innovation sera une occasion pour les entreprises israéliennes de tester leurs technologies dans des véhicules.

Développer les technologies du futur

D’après le vice-président directeur de l’ingénierie de l’alliance Renault-Nissan, Tsuyoshi Yamaguchi, ce partenariat vise à développer diverses technologies qui seront essentielles pour la mobilité dans le futur. Ce projet se fera grâce à la collaboration avec de jeunes entreprises locales dotées de technologies de pointe.

Le vice-président exécutif de l’ingénierie de l’Alliance, Gaspar Gascon Abellan, a lui déclaré aux journalistes que ce laboratoire était un très bon exemple de ce que les deux entreprises font ensemble. Il a aussi ajouté que les deux compagnies  collaboraient étroitement pour développer toutes les nouvelles technologies.

Au niveau des finances

La nouvelle infrastructure coopérera avec le fonds de capital-risque de l’alliance. Celui-ci prévoit un investissement global jusqu’à 1 milliard de dollars pour une durée de cinq ans. Il a d’ailleurs investi dans le fonds de Maniv Mobility en Israël.

Le directeur des investissements directs d’Alliance Ventures, Christian Noske, a déclaré que le fonds de capital-risque investissait en général 10 millions de dollars par nouvelle entreprise. Pour cette année, il est prévu d’investir dans au moins une entreprise israélienne.

Cette collaboration étroite entre Nissan et Renault ne manquera pas de donner un souffle nouveau au secteur de la conduite autonome. De plus, le fait de travailler avec de jeunes entreprises israéliennes montre la volonté de ces géants de l’automobile de valoriser le savoir-faire local.

Mots-clés nissanrenault