Renault-Nissan s’allie à Microsoft pour les voitures connectées

Les accointances entre les mondes de l’automobile et du High-Tech sont décidément de plus en plus nombreuses ces derniers mois. Après les rumeurs de rachat de MacLaren par Apple en fin de semaine dernière (démenties par le constructeur, mais soutenues par le Financial Times) et les différentes approches faites par certains géants du numérique en direction des constructeurs automobiles – notamment sur la question des voitures autonomes – voilà que le groupe Renault-Nissan signe un partenariat avec Microsoft.

Le but de cette alliance est simple : promouvoir les voitures connectées, y ajouter de nouvelles fonctionnalités pour les clients des deux firmes, mais aussi faire un pas en direction de la conduite autonome, décidément très en vogue en ce moment.

Le groupe Renault-Nissan s’est associé à Microsoft pour promouvoir les voitures connectées

La bête à deux têtes franco-japonaise se lance donc dans un partenariat avec le géant américain du High-Tech pour donner un coup de nerfs au développement et à la recherche dans le domaine des voitures connectées. Une association potentiellement judicieuse qui pourrait en outre permettre à Renalt-Nissan d’avancer sur le secteur des voitures autonomes, et à Microsoft de s’y faire une place alors que les entreprises de la Silicon Valley sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans l’aventure.

De nouvelles fonctionnalités pour les voitures connectées

Renault et Nissan pourront très prochainement intégrer certaines nouveautés à leurs voitures. Il est entre autres question de diagnostic en temps réel, de mise à jour des différents logiciels à distance, ou encore de tracking du véhicule à des fins de protection. Enfin, le contrôle à distance des voitures est évoqué comme étant à l’étude.

Jean-Philippe Courtois, président de Microsoft International explique de son côté que le partenariat rendra possible le développement de « futurs services connectés des véhicules en utilisant l’une des offres de cloud intelligent de Microsoft ». Le cloud du géant de Redmond serait donc mis à contribution pour animer certaines des fonctionnalités à bord de ces nouvelles voitures connectées.

Cette association qui pourrait bien faire le bonheur de Microsoft. En effet, la firme s’associe au quatrième constructeur automobile mondial (et un des plus dynamiques qui plus est), tout en restant libre de contracter d’autres partenariats du même genre, le contrat signé n’étant pas exclusif.