Clicky

Rennes plaque Outlook au profit d’un logiciel libre

Si vous êtes originaire de Rennes, vous serez probablement heureux de savoir que votre ville est sur le point de faire de sacrées économies… La métropole bretonne vient en effet d’annoncer que les services de messagerie de Microsoft (Outlook), jusqu’ici utilisés par les 6000 employés de la mairie, allaient être mis sur la touche. Pour pallier à cette mise de côté, la mairie rennaise a décidé de se tourner définitivement vers un logiciel libre.

Le bénéfice est double : d’une part ce logiciel (Zimbra semble être sur le point d’être sélectionné à l’heure où nous écrivons ces lignes) propose des fonctionnalités dont Outlook ne dispose pas ; d’autre part il s’avère nettement moins coûteux que les services proposés par le géant de Redmond. Une situation dont la ville de Rennes compte bien tirer plein avantage.

Rennes-Microsoft

La métropole de Rennes vient de laisser tomber les services de messagerie professionnels de Microsoft au profit d’un logiciel open source bien moins coûteux.

La métropole bretonne n’est toutefois pas la seule à avoir pris ce genre de décisions. Récemment, son homologue nantaise en était arrivée aux mêmes conclusions et avait également pris la décision de ne pas renouveler son contrat auprès de Microsoft. Il faut dire que ces derniers s’avèrent pour le moins onéreux…

Faire des économies et sanctionner Microsoft qui « ne paye pas ses impôts en France« .

Les réflexions qui débouchent aujourd’hui sur l’abandon d’Outlook au profit d’un concurrent open source ne datent cependant pas d’hier. La mairie de Rennes a en effet confié avoir commencé à étudier la question il y a deux ans, alors que la fin d’un contrat de 700.000 euros liant la ville à Microsoft approchait à grands pas.

Les responsables de la mairie rennaise ont alors jugé opportun de plaquer Microsoft, non sans une certaine satisfaction. « Nous allons économiser 500.000 euros en boulant Microsoft » déclare notamment Matthieu Theurier , représentant du groupe écologiste à Rennes.

Des propos visiblement plussoyés par Laurent Hamon (conseiller municipal délégué aux usages du numérique) qui indique pour sa part : « Microsoft ne paye pas ses impôts en France. Le fisc réclame plus de 600 millions d’euros à la filiale française de Microsoft« , mettant ainsi en évidence la volonté qu’a Rennes de sanctionner (tout du moins d’une certaine façon) l’évasion fiscale pratiquée par la firme américaine sur le sol français.

Rennes évoque par ailleurs la possibilité de laisser aussi de côté – dans un avenir plus ou moins proche – d’autres logiciels de Microsoft (Word et Excel en tête) en vue d’économiser jusqu’à 1 million d’euros. L’entreprise serait cependant plus difficile à mettre en oeuvre…

Crédit illustration

Mots-clés microsoftoutlook

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.