Réseaux sociaux : nouvelle affaire de pédophilie, sur fond de revenge porn

Glen Wilson, un étudiant britannique âgé de seulement dix-huit ans, a convaincu plusieurs fillettes mineures de réaliser des photos et des vidéos pédopornographiques en les faisant chanter par le biais des réseaux sociaux. Il va devoir répondre de ses actes devant un tribunal.

L’étudiant utilisait toujours systématiquement même mode opératoire pour parvenir à ses fins. Il commençait ainsi par créer un faux profil et il entrait en contact avec sa cible en se faisant passer pour un collégien ou un lycéen.

Prison Selfie

Après avoir fait connaissance, il flirtait pendant quelques semaines avec les fillettes et il leur demandait ensuite une photo dénudée.

Il se faisait passer pour un collégien

Une fois l’image en sa possession, il utilisait ce moyen de pression pour obtenir de nouvelles images. Parfois, il allait plus loin et il leur demandait de se dénuder en direct sur Skype ou sur d’autres solutions du même type.

D’après les enquêteurs, l’étudiant aurait ainsi organisé plusieurs lives durant ces dernières années et il aurait également convié d’autres pédophiles à assister au spectacle. Si les fillettes ne lui obéissaient pas, alors il les menaçait de rendre publiques les images en sa possession et même de les envoyer à leur famille.

Il n’a cependant jamais eu besoin de mettre ses menaces à exécution puisque ses victimes étaient de toute manière trop terrorisées pour lui tenir tête.

En l’espace d’un an, Glen Wilson a envoyé plus de quatre cents messages à des fillettes mineures en s’appuyant sur diverses plateformes sociales comme Facebook, Instagram ou même YouTube. Parfois, il lui arrivait aussi de passer par des sites moins connus.

Il séduisait les fillettes avant de les faire chanter

L’enquête n’a pas permis d’identifier toutes ses victimes, mais l’étudiant a tout de même reconnu des infractions contre trois fillettes de 12 ans, deux de 13 ans, deux de 14 ans et une de 15 ans. En perquisitionnant son domicile, les enquêteurs ont également trouvé du contenu pédopornographique. Certaines images mettaient en scène des enfants âgés de seulement trois ans.

Glen Wilson a été placé en détention provisoire et il a été inscrit au registre des délinquants sexuels du Royaume-Uni. Il passera très prochainement devant un juge et il s’expose à une peine de prison ferme.

Cette histoire est loin d’être la première du genre et elle prouve une fois de plus qu’il est indispensable de bien préparer nos enfants avant de les laisser vagabonder seuls sur le web.

Il est également important de garder à l’esprit que les logiciels de contrôle parental ne suffisent pas à les protéger contre les délinquants sexuels, uniquement contre les contenus choquants.

Mots-clés justice