Retour sur le mystérieux tumulus de la cité de Cahokia

En Amérique du Nord, dans le sud-ouest de l’actuel État de l’Illinois, s’étendait autrefois une ville de vingt mille habitants. Il s’agit de Cahokia, la première agglomération connue du continent et l’une des plus grandes cités amérindiennes enregistrées. À son apogée, au 12e siècle, Cahokia s’étendait sur une superficie de six miles carrés. Durant longtemps, les chercheurs ont tenté de comprendre la disparition soudaine de la cité vers l’an 1400.

Les habitants de la ville ne disposaient pas d’un système d’écriture standardisé. Le seul moyen de comprendre leur histoire serait donc d’interpréter les artefacts à travers les données périphériques.

Illinois

Crédits Pixabay

Récemment, de nouvelles études ont révélé de précieuses informations sur la mystérieuse cité.

Les nouvelles données concernent essentiellement l’histoire du peuplement, de l’apogée et du déclin de la ville.

La majorité des Cahokians étaient des immigrants du Midwest

D’après les historiens, le nom de la ville provient de celui de la population autochtone qui habitait la région dans les années 1600. Toutefois, les précédentes études ont révélé que les deux tiers des citoyens de Cahokia n’étaient pas originaires de la ville.

Par ailleurs, la découverte de certains éléments a indiqué que, 500 ans plus tôt, le pays était habité par une autre société. Ces indices sont notamment des artefacts comme du cuivre sophistiqué, des bijoux, des coiffes, des tables en pierre avec des gravures, un jeu populaire appelé «Chunkey», une boisson caféinée, etc.

D’après une plus récente recherche effectuée sur des dents fossilisées des corps exhumés, la majorité des Cahokians étaient des immigrants du Midwest. Ils étaient probablement issus des Grands Lacs et de la côte du Golfe.

Des facteurs climatiques directement corrélés

En outre, les chercheurs pensent que la population de la cité a augmenté parallèlement avec les températures du climat de la Terre. Durant cette période, les précipitations auraient été plus fréquentes dans le Midwest.

« Une augmentation des précipitations annuelles moyennes accompagnées d’un temps plus clément permettaient à la culture de maïs de se développer », ont écrit Timothy Pauketat et Susan Alt dans un article intitulé « The Cahokian World ».publié dans Medieval Mississippians.

Ensuite, la ville aurait été touchée d’une inondation dévastatrice. Cette catastrophe aurait été le commencement de son déclin.

Mots-clés histoire