Clicky

Revenge Porn : ils partageaient des photos dénudées de leurs ex sur Facebook

Dublin se trouve au coeur d’un nouveau scandale de Revenge Porn. Plusieurs étudiants de l’université de la ville ont eu la très mauvaise idée de créer une page sur Facebook pour partager et pour noter les photos dénudées de leurs ex. L’affaire a été rendue publique et l’établissement vient d’ouvrir une enquête pour trouver et sanctionner les responsables.

Le Revenge Porn fait beaucoup parler de lui depuis quelques temps et cela n’a rien de surprenant car cette pratique s’est considérablement démocratisée au fil des années, faisant par la même occasion des milliers de victimes chaque année.

Revenge Porn Dublin

Un nouveau cas de Revenge Porn a éclaté dans l’université de Dublin.

A la base, elle consiste à partager en ligne des photos ou des vidéos sexuellement explicites sans le consentement de la personne apparaissant dessus.

200 étudiants partageaient des photos dénudées de leurs ex

Si le concept n’est pas nouveau, il s’est considérablement démocratisé depuis 2010 et depuis le lancement du site Is Anyone Up de Hunter Moore. C’est effectivement à ce moment que les médias traditionnels ont commencé à s’intéresser de près au Revenge Porn.

Les géants du web ont mis en place diverses mesures pour éviter la propagation de ces contenus et les gouvernements ont également durci le ton. En France, par exemple, les personnes partageant des images et des vidéos de ce genre s’exposent désormais à deux ans de prison et à 60 000 € d’amende.

Les étudiants sont malheureusement encore friands de la chose et c’est précisément ce que prouve cette triste histoire.

Comme indiqué un peu plus haut, plusieurs étudiants de l’université de Dublin ont créé une page privée sur Facebook pour partager des photos dénudées mettant en scène leurs ex. Pour les partager, mais aussi pour les noter.

Cette fameuse page a rencontré un certain succès dans l’établissement puisqu’elle a très vite atteint la barre fatidique des 200 membres, tous de sexe masculin. Au total, ce sont des dizaines et des dizaines de photos qui ont circulé entre les mains de ces personnes.

Le College Tribune a eu vent de l’affaire et le journal étudiant de l’université incriminée a décidé de la dévoiler au grand jour. L’établissement a été extrêmement choqué et il a ouvert une enquête afin de déterminer les responsabilités de chacun.

Depuis la divulgation de cette nouvelle affaire de Revenge Porn, les réflexions vont bon train sur les réseaux sociaux et un hashtag a même vu le jour afin de permettre aux internautes d’échanger sur ces sujets : #UCD2000.

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.