Clicky

Revenge Porn : une carte pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène

L’équipe chargée de la cybercriminalité de la police néerlandaise a saisi en mars 2018 le forum Anon-IB dans le cadre d’une enquête. Avant de procéder à la saisie, un analyste norvégien a collecté les chaînes de données des adresses IP trouvées sur le forum et a créé une carte thermique d’où l’on pouvait voir l’emplacement des personnes qui postaient des photos et vidéos pornographiques.

Cette carte thermique créée par Einar Otto Stangvik a permis de constater la propagation du phénomène de la vengeance pornographique à travers le monde.

Revenge Porn

Grâce à cette carte, il a pu être constaté que les contenus pornographiques sont le plus souvent envoyés depuis la côte est de l’Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis.

La base de données d’Anon-IB a permis de recueillir des contenus et des adresses IP allant de février 2015 à janvier 2018.

Des utilisateurs pas si anonymes que ça

Pendant des années, Anon-IB a été le forum de référence en termes de revenge porn. Les ex ayant du mal à avaler la pilule de la rupture postaient alors les photos et vidéos de leurs anciens partenaires sur cette plateforme en croyant qu’ils ne seraient jamais démasqués.

La base du concept d’Anon-IB est justement l’anonymat de ses utilisateurs. C’est pourquoi tous les noms des membres commencent par le terme « Anonymous » suivi d’une série de lettres.

Stangvik a cependant indiqué à The Daily Beast qu’il était possible de retracer la provenance de ces contenus pornographiques.

Des contenus majoritairement envoyés depuis des institutions étatiques

On parle de vengeance pornographique quand une personne publie des photos et/ou des vidéos d’une autre personne sans son consentement. Stangvik explique que même si les utilisateurs d’Anon-IB se croyaient être anonymes, ils pouvaient être retracés grâce à l’adresse IP émise par leur ordinateur en se connectant à Internet.

C’est d’ailleurs pour pouvoir localiser ces adresses IP que l’analyste norvégien a transformé les chaînes de données d’adresses IP d’Anon-IB en chiffres révélant l’emplacement de ces personnes. Le but était d’identifier ces délinquants et de les exposer autant qu’ils exposent leurs victimes.

Stangvik a ainsi découvert que la majeure partie de ces publications de contenus pornographiques proviennent des ordinateurs du Sénat, de la Base navale et de l’Exécutif.

Mots-clés revenge pornweb

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !