Clicky

Review : Logitech Squeezebox Touch

La vie est parfois bien faite. Genre le mois dernier, tu te rappelles sans doute (ou pas) qu’on a parlé de l’arrivé de Spotify sur les Squeezebox de Logitech. Mais oui, tu sais bien, ces drôles de petits boîtiers qui peuvent lire de la musique en provenance de ta bécane, bien sûr, mais aussi du wörld wïde wëb. J’sais, les trémas, c’trop stylé. Donc tout ça pour te dire qu’un copain de chez LDLC a lu mon article et en a profité pour me passer une Logitech Squeezebox Touch en test. Et ce que tu vas lire plus bas, et bien c’est ma review complète sur le sujet.

Pour faciliter la lecture de cet article et doper mon nombre de pages vues (naaaan, j’rigole), cet article est divisé en plusieurs pages. Pour ceux qui seraient intéressés par un aspect du produit plutôt qu’un autre, voilà le sommaire général de cette incroyable review :

Notez bien avant de commencer la lecture de cet article que votre humble serviteur n’est pas un mélomane averti mais qu’il aime bien écouter un peu de musique lorsqu’il vous prépare tous ces articles qui vous font souvent pleurer comme des petites filles pubères devant le dernier clip de Justin Bieber. Au passage, vous apprécierez la rime parce qu’elle le mérite bien.

La Logitech Squeezebox Touch, c’est quoi ?

Alors, on va commencer par le début et expliquer un peu ce qu’est le Squeezebox Touch et comment elle se présente. Disons pour simplifier que c’est un tout petit boîtier tout mignon avec un écran tactile. Jusque là, rien d’anormal, mais faut savoir qu’elle est livrée sans enceintes. Ce qui veut tout simplement dire qu’il va falloir que tu en récupères à côté, cowboy. Bien heureusement, chez Logitech, ils ont le sens du service et ils ont ajoutés tous les câbles qui vont bien à la jolie boîte. Pas besoin, donc, de courir chez Surcouf pour trouver votre bonheur. Enfin, en réalité, tout dépend bien entendu de votre installation. D’ailleurs, voilà la liste complète de tout ce qu’elle contient :

  • Logitech Squeebox Touch.
  • Boitier d’alimentation.
  • Télécommande infrarouge avec piles.
  • Câble audio RCA.
  • Chiffon nettoyant.
  • Documentation.

Forcément, la Squeezebox Touch embarque tout ce dont tu auras besoin pour lire ta musique. Et si tu as envie de connaître les caractéristiques techniques de la bête, voilà ce qu’on peut en dire :

  • Formats audio : MP3, FLAC, WAV, AIFF, WMA, Ogg Vorbis, etc…
  • Module WiFi 802.11g.
  • Connecteur RJ-45 blindé (CAT5).
  • Port USB.
  • Lecteur de cartes SD.
  • Sorties stéréo analogique (RCA), optique, coaxiale.
  • Prise casque.
  • Ecran tactile capacitif de 4.3 pouces.
  • Détecteur de lumière ambiante.
  • Capteur de proximité.

Bon, moi je ne suis pas forcément mélomane et j’ai galéré grave ne serait-ce que pour faire passer la télévision de ma Freebox par mon Home Cinema de bourgeois, mais on peut quand même dire que l’installation de la Squeezebox Touch est tellement simple que même ma mère pourrait y arriver. Faut bien l’avouer, de ce côté, Logitech a franchement fait du très bon boulot et on va justement en parler dès à présent.

Installer sa Logitech Squeezebox Touch

Une fois la (petite) bête déballée, rangée dans un coin et branchée, il va falloir que tu passes par un logiciel spécifique pour pouvoir la gérer et lui indiquer précisément toutes tes bibliothèques musicales (légales, forcément). Bien sûr, cet outil fonctionne avec la plupart des systèmes d’exploitation du marché, comme Windows, Mac OS ou encore Linux. Là encore, on ne peut pas dire que l’installation soit très compliquée, tu devrais donc normalement pouvoir t’en tirer sans te claquer une veine. Note quand même que pour pouvoir se connecter à ta bécane de bourgeois, la Squeezebox Touch devra tout simplement se trouver sur le même réseau que cette dernière.

Depuis ce logiciel, tu vas pouvoir gérer tout plein de choses, à commencer par l’emplacement de ta librairie musicale. Hop, en deux ou trois clics, l’affaire est bouclée, et tu vas ensuite pouvoir passer au truc le plus intéressant, à savoir l’installation d’applications. Car en effet, c’est bien ça qui fait toute la richesse de la gamme Squeezebox. Lire de la musique qui se trouve sur ta bécane, c’est bien, mais nous on est des Geeks exigeants et on en veut plus. Pour nous contenter, Logitech a donc mis en place une plateforme spécifique qui propose toute une série d’applications pour ses bijoux hi-fi. Genre tu en as quand même 25 à ce jour, et en voilà justement une liste non exhaustive pour te mettre l’eau à la bouche et te donner envie de sortir ta MasterCard :

  • Facebook : Pour partager tes morceaux favoris avec tes copains virtuels, trouver de nouveaux amis en fonction de leurs goûts musicaux ou même tailler le bout de gras en écoutant le dernier album des Black Eyed Peas (ouais, j’aime BEP, et alors ?).
  • Flickr : Pour regarder tes photos Flickr ou celles de tes amis directement sur l’écran de la Squeezebox.
  • Mediafly : Pour trouver et écouter une tonne de podcasts rangés par catégories et même créer tes propres chaines pour diffuser de l’info et te la jouer façon Claire Chazal.
  • Radionomy : Pour accéder aux meilleurs stations radio de la plateforme ou découvrir de nouvelles créations.
  • SHOUTcast : Pour profiter de plus de 20.000 stations de radio à travers le monde et découvrir des genres musicaux dont tu n’as même pas idée.
  • Spotify : Faut vraiment que je t’explique à quoi elle sert, celle là, hein ? Note tout-de-même que pour en profiter, tu auras bien entendu besoin d’un compte premium…

Pas mal, non ? Alors bon, certaines applications sont mieux foutues que d’autres, il en manque certaines, mais le concept m’a franchement bluffé. Le seul truc un peu lourd, de ce côté, c’est que l’on doit nécessairement créer un compte chez Logitech pour pouvoir exploiter sa Squeezebox. J’sais pas mais je pense qu’on aurait pu trouver un système plus simple et moins chiant. Non mais sans rire, quand t’es blogueur, t’as déjà une bonne centaine de comptes à gauche, à droite, autant de newsletters top « amazing », alors au bout d’un moment ça te sort juste par les yeux.

Maintenant, nous allons pouvoir passer à ce qui doit vous intéresser le plus, à savoir le test de la Logitech Squeezebox Touch au quotidien. Tadaaaa !

La Logitech Squeezebox Touch au quotidien

Comme je l’ai si justement mentionné au début de cet article, la musique et moi ça fait généralement deux. J’en écoute, c’est vrai, mais je ne suis pas pour autant un grand mélomane et le grand drame de ma vie, c’est de ne jamais parvenir à retenir le nom d’un artiste encore vivant. Et encore moins le nom des albums ou des titres. Cela étant dit, comme pas mal de monde, il m’arrive fréquemment de mettre un peu de son, et souvent par l’intermédiaire de ma bécane.

Et c’est finalement tout ce qui fait l’originalité de la Logitech Squeezebox Touch. Ce produit s’impose comme une extension à ton ordinateur. Plutôt que de te galérer à démarrer iTunes, Windows Media Player, Winamp ou n’importe quel autre logiciel dédié à l’écoute musicale, il te suffira de prendre la télécommande de ta Squeezebox ou de faire glisser tes doigts sur l’écran du modèle Touch. L’intérêt de la chose, bien évidemment, c’est de ne pas être obligé de jongler entre tes applications, mais aussi de pouvoir écouter de la musique stockée sur ton ordinateur dans une autre pièce, comme la salle de bain ou la cuisine.

M’enfin, ça tu l’avais forcément déjà compris, et ce que tu veux savoir, c’est ce que la Squeezebox vaut sur le terrain. On va donc commencer par le point faible du produit, à savoir son écran. Sur le papier, La Logitech Squeezebox Touch est censée embarquer un écran tactile capacitif. Sauf que dans la pratique, le rendu est très loin d’être aussi confortable. Certes, les menus du produit sont vraiment bien pensés, tout est parfaitement ergonomique, mais c’est finalement l’écran qui manque à la fois de souplesse et de réactivité. Pour tout te dire, pour un peu, on aurait presque l’impression d’avoir du résistif sous les doigts. Moralité, ce que tu vas utiliser, c’est surtout la télécommande livrée avec le produit.

Franchement dommage, d’autant plus que tout le reste est bien pensé. J’insiste là dessus, l’interface de la Squeezebox Touch est juste remarquable. Claire, agréable, intuitive, tu peux facilement explorer ta librairie iTunes ou lancer un titre depuis ton Spotify sans avoir un diplôme d’ingénieur en poche. Même chose pour les web radios et pour les différents modules ou applications que j’ai eu l’occasion de tester.

Les autres trucs vraiment super pratiques, c’est le port USB et la carte SD embarqués par l’appareil. Ces derniers confèrent à la Squeezebox Touch une totale autonomie. Note d’ailleurs que tu peux aussi bien brancher une clé qu’un disque dur externe, hein. En revanche, mon vieil iPhone 3G n’a pas daigné fonctionner avec le bouzin mais je n’ai malheureusement pas pensé à tester le Milestone 2 et c’est franchement stupide de ma part.

En conclusion

Alors, qu’est ce qu’on peut dire de la Logitech Squeezebox Touch ? Et bien c’est sûr, ce n’est pas un produit sans défaut. Le plus ennuyeux de tous, finalement, c’est l’imprécision dont fait parfois preuve son écran tactile. Note cependant que ce dernier fonctionne quand même bien, hein, mais on aurait bien aimé qu’il soit un peu plus réactif, notamment lorsqu’on s’amuse à naviguer au sein de ses albums.

L’autre truc un poil gênant, selon moi, c’est aussi l’absence de haut-parleur intégré. Entendons-nous bien, pouvoir brancher le Squeezebox sur n’importe quel ensemble audio, c’est effectivement très pratique. D’autant plus que les sorties numériques intégrées à l’appareil vous permettront de profiter d’une qualité sonore exceptionnelle puisque la Squeezebox est capable de diffuser du son en 24 bits / 96 kHz, mais on aurait aimé qu’elle propose également un système sonore intégré. Certes, les mélomanes avertis ont tout ce qu’il faut à la maison mais il faut également penser aux autres.

Mais malgré ces deux défauts, la Squeezebox Touch n’en reste pas moins un appareil exceptionnel. Et encore, je pèse mes mots. Pouvoir ainsi profiter de toute sa librairie musicale depuis n’importe quelle pièce de son appartement, c’est franchement très confortable. Genre ton ordinateur est sur la mezzanine, ta Squeezebox trône fièrement sur ta table de chevet, bah tu peux quand même écouter tes titres préférés.

Le truc encore plus génial, c’est la possibilité d’installer des applications sur l’appareil. Là, vraiment, Logitech tient un sacré créneau. Au bout d’un moment et à moins d’être un vilain pirate et / ou de dépenser l’équivalent du PIB du Burkina Faso à la FNAC du coin chaque mois, tu finiras forcément par faire le tour de ta bibliothèque musicale. Et si tu as envie d’écouter un nouveau son, pas besoin de te creuser la tête, suffira d’installer Spotify ou de te brancher sur les radios web. Alors c’est sûr, tout ça, tu peux aussi le faire depuis ton ordinateur, mais c’est quand même bien pratique parce que tu pourras profiter de ces chouettes outils de n’importe quelle pièce de ta maison. La grande classe, c’est certain.

Après, la question, bien sûr, c’est de savoir si l’investissement vaut le coup. Je n’en ai pas encore parlé mais la Squeezebox est quand même proposée à… 274,96 euros. C’est une somme importante et je pense que Logitech aurait pu faire un petit effort de ce côté-là. Cela dit, si tu as les moyens et que tu cherches une solution nomade pour écouter ta musique, tu peux foncer tête baissée parce que ça reste un super produit. Et si tu n’as pas envie de mettre autant, alors tu peux aussi aller lorgner du côté des autres modèles de la gamme, comme la Logitech Squeezebox Radio.

Merci encore à LDLC et plus précisément à Gilles pour le prêt.

1 2 3 4

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

  • Perso, j’ai une squeezebox (pas touch, le premier modèle qui est sorti, même pas Logitech d’ailleurs, c’était Slim Devices, racheté depuis).

    J’en suis immensément content, mais au final, après plusieurs années d’usage, je l’utilise uniquement pour les radio web (dans ma cuisine quoi).

    L’obligation d’installer un serveur de fichiers sur mon ordi, qu’il soit online et tout, ça m’a vite gonflé à l’usage.

    Enfin, tu dis qu’un des points faibles c’est l’absence de speakers. Je rectifie car il existe une version avec speakers, suffit de choisir bien chez Darty.

  • Pingback: Logitech Squeezebox Touch en test | Blog LDLC()

  • sydney

    Merci pour ce petit test trés intéressant. D’autant plus que je suis en train d’étudier l’achat de produits squeezbox.
    Une question quand même:
    J’ai deux ordinateurs @home, donc deux bibliothèques musicales conséquentes. Pourrais-je lire les deux avec la squeezbox touch ou avec un autre produit de cette gamme.

  • Pingback: Google pourrait lancer prochainement un lecteur audio en streaming | Fredzone()