Clicky

Review : Synology USB Station 2

En ce moment, la tendance est à la dématérialisation, que ce soit dans le domaine de la musique avec Spotify, les films en streaming, ou encore les divers services de Cloud de petites entreprises telles qu´IBM. Cependant, on ne peut pas dire que l’ensemble de la population dispose de la fibre optique, et il est donc préférable dans certains cas de garder toutes nos données au chaud chez nous dans un gros disque dur en réseau. D’autant plus quand plusieurs machines tirent sur la même connexion et ont besoins de données en communs. Voici donc le test de l’USB Station 2 de Synology, un petit NAS dépourvu de disque dur, mais pas d´intérêt…

Que ce soit chez le particulier ou en entreprise, il est clair que nous échangeons de plus en plus de données. Nombreux sont les foyers où en plus d´un ordinateur ou deux, nous allons retrouver des consoles de jeux ou encore Freebox HD, tous connectés au réseau local de la maison. Plutôt que d’avoir sur ces différentes machines les mêmes photos, vidéos, musiques en plus des fichiers personnels des propriétaires (il est clair que Mr Dupond ne va pas écouter Justin Bieber comme son ado à l’étage), il est intéressant de centraliser tous les fichiers que ces machines ont en communs. Ceci permet de ne pas avoir à dupliquer X fois des fichiers, on gagne du temps (« et le temps c´est de l’argent ») ainsi que de la mémoire. Et nous savons très bien que le gros point noir de nos machines sont ces fichus disques durs mécaniques qui plus ils sont pleins, plus ils grattent et ralentissent notre machine.

De même pour les entreprises, si on prend l’exemple d´une jeune agence Web, plusieurs personnes vont travailler en même temps sur un même projet, et plutôt que de se retrouver à devoir échanger des fichiers dans tous les sens, on travaille sur le même disque dur qui contient l´ensemble du projet.

Et justement, les particuliers et petites entreprises sont le public visé par l’USB Station 2.

Synology USB Station 2 : Hardware

Et là, il y en a des choses à dire, alors on se concentre Kevin.

Le packaging (la boîte pour ceux qui sont vraiment nuls en anglais, mais ça le fais moins), c’est agréable à l’oeil, pas de superflu, on va à l’essentiel et très belle illustration au dos qui permet de bien comprendre tout ce que sait faire l’USB Station 2. On notera au passage que la boite est petite et on constate lors de l´ouverture que l’espace est très optimisé, il ne reste pas un coin de libre, par ailleurs il n’y a presque pas de papiers, juste un guide de démarrage rapide en anglais et la garantie (le manuel est sur le CD dans diverses langues dont le français). Et ça je trouve que c’est un bel effort et un très bon point, le constructeur pense à la planète et nous épargne les 10 livrets qu’on jette immédiatement pour garder que celui qui nous intéresse.

On trouve bien entendu le CD d´installation (nous verrons plus loin qu’on n’en a pas vraiment besoin), le câble d´alimentations, un câble Ethernet et la bestiole qui nous intéresse.

Le premier ressentit qu´on peut avoir en voyant le joujou c’est « qu’est ce que j’ai acheté, c’est tout petit et tout léger ! » Respire Kevin, c´est normal, c’est parce que ce NAS n’a pas de disque dur, il faut donc lui en rajouter un de ton choix aux fesses via USB (d’où son nom en fait). Puisque qu´on parle connectique, nous avons l’alimentation, le port Ethernet et deux ports Thunderbolt, pardon USB 3.0, mais non, USB 2.0 ! Et là, c’est… Pas le drame, mais c’est pas super cool vu la conjecture actuelle.

Qu’on ne trouve pas de Thunderbolt qui vient tout juste d´être commercialisé c’est normal, mais de l’USB 3.0 qui se popularise de plus en plus depuis début 2010 ça semblait logique. Et ben non, on se retrouve avec un USB 2.0 vieillissant et nous verrons un plus loin pourquoi c’est le point faible de ce NAS dans la partie pratique (suspens, ne vous inquiétez pas on y arrive bientôt). Puisqu’on y est, on pourrait peut-être critiquer le nombre de ports USB qui sont ¨seulement¨ au nombre de deux. En plus d’accepter des périphériques de stockage externe, l’USB Station 2 est capable de gérer une imprimante en réseau. Imaginons, vous décidez de brancher un disque dur ainsi qu’une imprimante et vous avez l’habitude par exemple de charger votre clé USB de musiques avant de prendre la voiture afin d’avoir de quoi vous divertir durant le trajet, ou tout simplement un copain qui passe échanger des données. Et bien vous serez contraint de débrancher puis de rebrancher votre imprimante constamment, ce qui peut devenir lassant au bout de trois fois (c’est du vécu, vive les MacBook Pro et leurs deux ports USB).

Oui Kevin, j´allais justement y venir au deux fameux boutons que tu as pu voir sur la photo plus haut et qui t’obsèdent depuis le début. Au dos nous pouvons trouver un bouton ¨reset¨ qui permettra de… Reset, bravo Kevin… le bouzin lorsque ce dernier aura freeze comme on dit chez nous. Pour que tout le monde comprenne, je vais prendre une image que tout le monde connait bien. Vous voyez l’écran bleu de Windows ? Mais si, celui où vous ne pouvez plus rien faire et où il vous parle bizarrement, avec cette fameuse phrase qui peut traumatiser les plus néophytes d´entre nous : ¨vidage de la mémoire physique¨. Ben, c’est un peu la même et c’est là que le bouton reset devient intéressant à condition d´avoir un outil pointu dans la main, ou plus simplement vous débranchez et rebranchez la bête, ça aura le même effet. La petite différence dans l’histoire, c´est que notre NAS n’a pas de moniteur, en revanche il est pourvu de trois LED vertes destinées respectivement à l’alimentation (si vous avez payé votre facture EDF, cette dernière devrait être constamment allumée), l’activité réseau et la présence d’un périphérique USB. Quelques secondes après avoir appuyé sur le second bouton situé sur le côté de la bête, cette dernière s’éteindra et vous pourrez retirer votre périphérique sans craindre de perdre vos précieuses données. En fait c’est la fonction ¨enlever le périphérique en toute sécurité¨ de notre cher Windows, et il vaut mieux en faire bon usage si on ne veut pas prendre le risque de perdre des données à chaque fois qu’on retire un périphérique de stockage externe.

Pour finir cette partie sur le Hardware, on peut dire que l’USB station est très léger (147g) et petit (46*122*111 mm). Le boitier en plastique ne fait pas toc, il est sobre, le tout bien assemblé (les plastiques ne bougent pas d’un millimètre lorsqu´on le prend en main et ne craquent pas). Si l’on regarde dessous, en plus des quatre petits patins qui vont vous éviter de rayer votre beau bureau, vous pouvez voir quatre encoches, grâce auxquelles vous pourrez fixer votre NAS au mur via quatre vis si le coeur vous en dit. Ce n´est pas l´idée du siècle, mais on saluera quand même le constructeur d´y avoir pensé pour ceux qui en ont besoin pour une question de place. Enfin, on peut ajouter que la bête ne fait pas le moindre bruit puisqu’étant dépourvu de disque dur.

Synology USB Station 2 : la pratique

Comme une vidéo vaut mieux qu’un long texte, je vous invite à regarder celle qui suit afin de vraiment voir l’USB Station 2 en action et de vous forger votre propre avis.



Synology USB Station 2 : la conclusion

L’USB Station 2 de Synology est un chouette produit, bien fini et doté d’une multitude de fonctionnalités. Dépourvu de disque dur interne, il est proposé au prix de 89,95 euros. Si vous recherchez un NAS facile à utiliser pour la maison, à bas prix et que vous possédez déjà un périphérique de stockage externe, vous trouverez certainement votre bonheur avec ce petit NAS. En revanche, si vous ne possédez pas de disque dur externe USB, il peut être intéressant de regarder du coté des NAS avec disque dur intégré, qui ont au minimum 1To d’espace de stockage pour des prix débutants dans les 150 euros.

D’une manière générale, il conviendra à tous ceux qui l’utiliseront sur un réseau WiFi g/n ou en Ethernet 100Mbit/s, car ils n’atteindront pas les limites de l’USB 2.0 de 480Mbit/s. Mais pour ceux qui ont du matériel plus récent, notamment les entreprises, avec de l’Ethernet 1Gbit/s (1000Mbit/s), il vaudrait mieux se tourner vers autre chose, car vous serez très vite limité par l’USB 2.0, ce qui peut devenir handicapant pour une équipe de production en entreprise et frustrant pour le particulier qui ne profite pas du potentiel de sa récente installation.

Note : Ceci est mon tout premier test produit ainsi que mon premier article (et vidéo) sur la Fredzone. Je vous invite à me faire part de vos critiques, qu’elles soient positives afin de savoir ce qui vous a plus ou négatives afin que je m’améliore pour les tests à venir.

Et merci à Théo pour ce test très complet qui vous permettra de vous rendre compte de toutes les possibilités du Synology USB Station 2, certes, mais surtout de savoir s’il convient bien à vos attentes ainsi qu’à vos besoins. J’en profite pour remercier également LDLC, et plus précisément Gilles, sans qui rien n’aurait été possible. A noter que vous pouvez trouver l’USB Station 2 sur le catalogue de LDLC au prix de 89,95 euros. Et franchement, vu tout ce qu’il sait faire, on peut dire que le bougre est franchement bon marché.

Mots-clés nassynologytests