Ripper.cc, à la chasse des escrocs du dark web

Le Dark Web est décrit, à tort ou à raison, comme le côté sombre du web ou le fief des cybercriminels. Quoi qu’il en soit, des personnes œuvrent pour assainir le web profond. Plus précisément, des sites y chassent les mauvais hackers ou plutôt les escrocs. Si cette activité n’est pas du tout nouvelle sur la partie immergée du web, certains sites se distinguent des autres pour traquer les rippers ou les mauvais pirates. C’est le cas de Ripper.cc.

En 2005, il y avait Kidala.info. Ce dernier, un chasseur de mauvais pirates russes, a perdu de sa crédibilité pour cause de favoritisme pour ne pas dire corruption. En fait, des rippers payaient le site pour disparaître de sa liste de fraudeurs. Ripper.cc, quant à lui, jouit d’une bonne réputation auprès des analystes et de la communauté du web profond.

Ripper.cc

Ripper.cc s’est donné pour objectif de nettoyer le dark web des cyber-escrocs.

Ripper.cc utilise des technologies sophistiquées pour recenser les indésirables sur le dark web. Sa liste noire des mauvais pirates est jugée par ses pairs comme étant crédible.

Une visée double

Les escrocs fusent de partout sur le dark web. Dans la plupart des cas, ils créent des sites fake sur le black market. Ils vendent alors divers produits comme des vendeurs légitimes. Seulement, une fois le client a procédé à la transaction, ils disparaissent.

Une situation qui ternit davantage l’image du web profond. C’est pour en finir avec ce genre d’activités que Ripper.cc a été lancé.

C’est donc pour que les gens puissent faire des affaires sans accro que le site établit la réputation de chaque vendeur. La notation se fait essentiellement alors sur les retours des clients sur les vendeurs. L’autre objectif est bien évidemment de bannir du dark web les fraudeurs.

Jusqu’ici, ce sont des tâches complètement assurées par le site à en croire Michel Mariott, analyste de Digital Shadows.

La publicité comme principal revenu

En plus d’une interface agréable et facile à assimiler, Ripper.cc dispose de module d’extension pour des navigateurs classiques, en l’occurrence, Chrome et Firefox. Une alerte est un mauvais pirate référencé et les utilisateurs peuvent s’informer davantage sur le ripper via un lien.

Pour plus de transparence, le site a créé un comité d’arbitrage où quatre administrateurs de forum du dark net sont membres.

La publicité est la seule qui fasse fonctionner le site sur le plan financier.

 

Mots-clés darknetweb