Clicky

Russie : un site porno épinglé pour diffusion de revenge porn

Un site pornographique qui diffuse des images non consensuelles de femmes kiwis a été repéré. Certaines victimes menées par une femme indignée traquent le site basé en Russie, depuis l’année dernière. La plateforme, dont le nom n’a pas été mentionné par le Herald afin de ne pas lui apporter de trafic supplémentaire, propose une catégorie néo-zélandaise et encourage les utilisateurs à télécharger des images de femmes kiwis.

Il y a plus d’un an, l’organisation de sécurité en ligne NetSafe a reçu de nombreuses plaintes. Plusieurs femmes ont commencé à signaler que leurs images étaient utilisées sans leur approbation. C’était une femme de Tauranga qui avait découvert le site après qu’une des victimes ait posté dans un groupe Facebook pour demander de l’aide.

Revenge Porn

Les images signalées ont été supprimées par le propriétaire du site. Même si NetSafe ne dispose pas de prérogative lui permettant d’effacer directement le contenu, rappelons que le « revenge porn » (ou vengeance pornographique) est sanctionné par la loi.

Différents types de requêtes

« Nous avons deux types de plaintes : il y a des gens qui nous rapportent qu’il y a des images d’eux-mêmes ou d’autres Néo-Zélandais sur le site et ces images sont là contre leur gré et ils voudraient les enlever », a déclaré Martin Cocker, le directeur général de NetSafe, avant d’ajouter : « nous recevons également des personnes qui signalent le site Web et demandent à ce que le site Web soit supprimé ».

« Lorsque les gens ont rapporté des images spécifiques d’eux-mêmes ou de quelqu’un qu’ils connaissent, nous les avons signalés et, dans la majorité des cas, le contenu a été supprimé par les propriétaires du site Web », a-t-il précisé.

« Le site fonctionne comme 4chan et Reddit où tout le monde est anonyme et ils peuvent poster sur les forums, mais celui-ci est purement fait pour le porno », a expliqué la militante qui a découvert le site. « Lorsque vous cliquez sur un pays comme la Nouvelle-Zélande, il y a des images de filles néo-zélandaises qui ont été postées par des gars qu’elles connaissent », a-t-elle poursuivi.

Des difficultés dans la lutte contre le revenge porn

Néanmoins, il faut reconnaître que la lutte contre cette pratique n’est pas facile.

« Beaucoup de filles ont aussi des photos qu’elles ont envoyées à leurs anciens partenaires, publiées comme vengeance porno », a témoigné la femme qui a souhaité garder l’anonymat. « Ces filles n’ont aucune idée, car le site n’est pas très connu », a-t-elle continué.

Par ailleurs, l’agent de la cybercriminalité, le sergent-détective Greg Dalziel, a noté qu’il est toujours « difficile d’enquêter sur les infractions en ligne et l’introduction de plus d’applications technologiques et mobiles signifie que cela change continuellement. »

Mots-clés nsfyrevenge pornweb