Sabrina : une organisation satanique a porté plainte contre la série de Netflix

Le reboot de la série « Sabrina, l’Apprentie Sorcière » a fait ses débuts sur Netflix le 26 octobre 2018 et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a laissé personne indifférent.

Baptisé « Les Nouvelles Aventures de Sabrina, » ce reboot n’a rien avoir avec la sitcom d’origine et son ambiance bonne-enfant. Ceux qui ont déjà vu la nouvelle série savent très bien de quoi on parle.

Cette fois-ci, l’ambiance est plus sombre et se rapproche de celui d’un film d’épouvante. Certains vont même jusqu’à présenter la série comme un mélange de Rosemary’s Baby et de l’Exorciste. Pour cultiver cette bonne dose d’horreur, la production n’a pas lésiné pas sur les moyens quitte à utiliser une statue sataniste à tête de bouc qui représente Baphomet, l’icône du Temple Satanique.

Face à cela, une organisation américaine a décidé de porter plainte contre la série pour s’être approprié la figure de leur déité.

Une statue protégée par les droits d’auteur

C’est le 29 octobre 2018 que Lucien Greaves, co-fondateur et porte-parole du Temple Satanique, a fait savoir sur Twitter qu’il comptait porter plainte contre Sabrina. « Oui, nous prenons des mesures judiciaires concernant Les Nouvelles Aventures de Sabrina qui s’approprient notre monument protégé par des droits d’auteur pour promouvoir leur fiction satanique stupide. » a-t-il écrit.

Ceux qui ont dévoré les épisodes de la série lors de sa sortie savent précisément de quel monument Lucien Greaves parle. Difficile de le rater, car il s’agit d’une statue présente dans l’école de sorcellerie de Sabrina qui représente un homme ailé à tête de bouc avec un pentagramme sur le front et entouré de deux enfants.

Une ressemblance indéniable

L’équipe de Sabrina ne peut pas réfuter les faits. Le monument présent dans la série est une copie parfaite de la statue de Baphomet érigé par le Temple Satanique en 2014. Même la position de la divinité est similaire à celle du monument de l’organisation américaine.

De plus, les croyances rattachées à la statue dans la série déplaisent à Lucien Greaves. « Avoir son icône principale associée au sacrifice humain et à un culte malfaisant et patriarcal ne constitue pas franchement une représentation souhaitable. » martèle-t-il.

Greaves a indiqué que les avocats de l’organisation ont envoyé une lettre pour informer la série qu’ils violent leur droit d’auteur en utilisant leur icône comme un culte cannibale et malfaisant.

Mots-clés netflixsabrina