Samsung a déposé un brevet pour une batterie au graphène qui se charge en 15 minutes

Samsung a déposé un nouveau brevet décrivant le fonctionnement d’une batterie au graphène capable de se charger en moins de 15 minutes et d’offrir une autonomie deux fois supérieure aux batteries actuellement intégrées à nos appareils nomades.

Samsung possède de nombreuses ramifications et le groupe ne se limite pas aux smartphones ou aux tablettes tactiles. Il conçoit et commercialise aussi des téléviseurs et il est également très présent sur le marché de l’audio ou même de l’électroménager.

Samsung Pay

En parallèle, il a aussi créé une division en charge du développement de semi-conducteurs et une autre dont la tâche consiste à produire des batteries de haute capacité pour ses appareils nomades

Samsung s’intéresse aux batteries de graphène

Le Samsung Advanced Institute of Research (SAIT) a précisément déposé un nouveau brevet aux États-Unis et en Corée du Sud, un brevet décrivant le fonctionnement d’une batterie un peu particulière.

D’après le document, le groupe aurait ainsi utilisé du dioxyde de silicium pour créer un graphène de synthèse se présentant sous la forme de billes. Ces dernières seraient ensuite utilisées comme anode et cathode dans le cadre du développement d’une batterie.

Grâce au procédé mis au point par Samsung, cette dernière serait en mesure d’offrir des performances bien supérieures à celles des batteries actuellement disponibles sur le marché.

Une charge complète en 15 minutes, une autonomie de 48 heures

Si l’on en croit le brevet déposé par le groupe, cette batterie serait en effet capable de se charger en moins d’un quart d’heure grâce à un système de charge rapide. Plus intéressant, cette batterie offrirait également une autonomie accrue et elle serait ainsi en mesure de doubler la mise.

Ce chiffre doit naturellement être pris avec prudence, mais cette fameuse batterie permettrait à un téléphone de tenir pendant quarante-huit heures sans trop de difficulté avec une seule charge.

Le procédé est plutôt séduisant, donc, mais il ne faut pas oublier que les brevets ne débouchent pas tous sur des produits commercialisables. Samsung, comme tous ses concurrents, dépose ainsi des centaines de brevets chaque année et la plupart d’entre eux finissent par prendre la poussière dans un des tiroirs de l’équipe juridique du groupe. Rien ne dit qu’il n’en ira pas de même pour ce nouveau document.

Mots-clés samsung