Samsung : deux firmes chinoises auraient racheté les plans volés de l’écran pliable présenté début novembre

Début novembre, Samsung présentait un prototype de smartphone pliable rendu possible par la magie d’une technologie d’écran OLED flexible, secrètement mise au point par le groupe. Les plans de cette technologie auraient été volés par des sous-traitants de la firme en vue d’une revente ultérieure. Deux marques chinoises, dont les noms n’ont pas été dévoilés par les procureurs coréens chargés de l’enquête, l’auraient par la suite rachetée pour une somme avoisinant les 14 millions de dollars, note CNN.

Il s’agit là d’une petite fraction du budget investi par Samsung pour mettre au point cette dalle OLED pliable. Selon le rapport publié par les procureurs, la marque aurait en effet consacré près de 150 milliards de Wons (soit près de 130 millions de dollars) et pas moins de 6 années à son développement. 11 personnes ont été inculpées ce jeudi par le bureau du procureur du district de Suwon, en Corée-du -Sud, précise le média américain.

La technologie d’écran pliable mise au point par Samsung aurait été dérobée et vendue, il y a quelques mois, à deux firmes chinoises. Début novembre, la firme levait le voile sur un smartphone pliable arborant justement cette technologie d’écran.

Parmi ces individus, 3 personnes ont d’ores et déjà été placées en détention provisoire. 2 ressortissants chinois impliqués dans l’affaire, et qui n’ont pas encore été interrogés par les autorités coréennes, font en outre l’objet d’un mandat de recherche auprès d’Interpol. CNN indique enfin qu’aucune date de procès n’a pour l’instant été fixée. Qualifiée « d’escroquerie« , cette affaire de vol de secret industriel intervient alors que la concurrence sur le marché du smartphone est de plus en plus féroce. Ce marché subit par ailleurs de plein fouet les affres d’une récession notable depuis quelques mois.

Samsung « surpris et scandalisé » par les conclusions de l’enquête

Dans un communiqué publié vendredi, les représentants de Samsung se disent « surpris et scandalisés à la vue des résultats de l’enquête menée par les procureurs« , précisant que cette affaire surgit « sur une période où la concurrence intensifie la rivalité sur la plan technologique« .

Il faut dire que l’arrivée sur le marché des premiers smartphones à écrans pliables est considérée par beaucoup comme un potentiel moteur de croissance sur un marché qui, au mieux, stagne, au pire, commence sérieusement à piquer du nez. Récemment, Rouyu Technology, une marque chinoise méconnue, filiale du groupe Royole, devançait Samsung de quelques jours en présentant son propre smartphone pliable. Un produit à la qualité de conception fort discutable, mais qui reprenait étrangement une part importante du concept dévoilé en début de mois par le leader coréen du marché.

De quoi susciter, tout de même, quelques interrogations en attendant que le nom des firmes pointées du doigt par l’enquête ne soit publiquement dévoilé.