Samsung Galaxy Note 7 : et si le vrai responsable, c’était le SoC ?

Samsung ne se trouve pas dans une situation particulièrement facile en ce moment. La marque fait même face à la pire crise de son histoire et les problèmes d’explosion du Galaxy Note 7 risquent ainsi de lui coûter plusieurs milliards de dollars. Le pire, dans l’histoire, c’est qu’elle n’a toujours pas trouvé l’origine du problème. Enfin pas officiellement, en tout cas.

Le Financial Times a effectivement mené une enquête de son côté et la publication prétend avoir obtenu des confidences de la part d’une source interne et inévitablement proche du dossier.

Problème Galaxy Note 7

Le problème du Galaxy Note 7 ne viendrait pas de sa batterie finalement.

Selon ce mystérieux informateur, Samsung ne dirait pas toute la vérité et l’entreprise aurait ainsi identifié l’origine du dysfonctionnement de son terminal, un dysfonctionnement qui n’aurait d’ailleurs aucun lien direct avec sa batterie.

Samsung Galaxy Note 7 : la batterie ne serait pas responsable des problèmes rencontrés par le téléphone

Si l’on en croit les confidences de cet employé, le problème viendrait en réalité du processeur du terminal, et plus précisément des ingénieurs qui ont travaillé dessus.

D’après cette fameuse source, les employés en charge de son intégration auraient pris l’initiative de modifier son fonctionnement afin d’accélérer la vitesse du chargement du terminal. Malheureusement pour eux, et aussi un peu pour nous, ils se seraient trompés dans leurs calculs et ils auraient ainsi défini un taux bien trop élevé pour la batterie.

Ce n’est pas vraiment une révélation mais les batteries n’ont pas beaucoup évolué depuis les premiers smartphones. Elles accusent même un certain retard par rapport aux autres composants de nos terminaux nomades et c’est précisément ce qui a poussé les constructeurs à développer des techniques de chargement rapide.

La charge rapide, une technologie qui a ses avantages et ses défauts

Elles fonctionnent un peu toutes sur le même modèle et elles consistent ainsi à envoyer une grande puissance sur la première moitié de la charge puis à réguler progressivement la charge sur la seconde partie du cycle afin d’éviter de trop endommager la batterie.

Le problème, c’est que les batteries ne sont pas des composants très stables. Elles s’usent assez vite et la charge rapide n’arrangerait rien selon les dernières études scientifiques en date.

En réalité, c’est même tout le contraire car elle entraînerait un vieillissement prématuré de la batterie en provoquant un détachement au niveau des atomes de manganèse et de nickel.

Il est cependant trop tôt pour sortir les fourches et les torches. Cette théorie semble assez réaliste, mais elle n’a pas été confirmée par la marque. En outre, elle ne s’accompagne d’aucune preuve tangible et elle doit donc être prise avec une extrême précaution et un maximum de recul.