Samsung Galaxy S6 Edge : focus sur la capture de photos et de vidéos

Le Samsung Galaxy S6 Edge est beau, puissant et racé, mais que vaut-il sur le terrain de la photo ou même de la vidéo ? Peut-il rivaliser avec ses concurrents ? Si vous voulez le savoir, alors ce nouveau focus est fait pour vous.

Il succède à la prise en main du terminal, mais également à l’article consacré à son écran ainsi qu’à son processeur. Si ces sujets vous intéressent, je vous recommande d’aller lire les billets associés avant de poursuivre la lecture de ces quelques lignes. Notez en outre que le prochain focus se concentrera exclusivement sur la surcouche de Samsung.

Capteur photo Galaxy S6 Edge : image 1

Le Galaxy S6 Edge en main.

Le test complet sera publié un peu plus tard. Il viendra clore cette série d’articles consacrés au Galaxy S6 Edge.

Un peu de technique pour commencer

Le dernier-né des laboratoires de Samsung est équipé d’un capteur doté d’une définition de 16 millions de pixels. Contrairement au modèle précédent, il n’est pas produit par le constructeur, mais par une autre société.

Et plus précisément par Sony. Le meilleur reste à venir car le modèle retenu n’est autre que le IMX240. Cette référence vous dit quelque chose ? Normal, puisqu’il s’agit du module du Galaxy Note 4.

Si le coréen s’est détourné de sa propre technologie, ce n’est pas pour rien. Le capteur ISOCELL du S5 obtenait de bons résultats en plein jour, mais il montrait rapidement ses limites dès que la lumière ambiante venait à baisser.

Toutefois, le vrai problème concernait surtout l’optique puisqu’elle était malheureusement dépourvue de stabilisateur.

Quoi qu’il en soit, le capteur IMX240 se place sur le haut du panier et il ne manque pas d’atouts.

Premier point et pas des moindres, son capteur atteint une taille de 1/2,6″, contre 1/3″ pour la plupart de ses concurrents. Il sera donc capable de capter davantage de lumière.

Là dessus, on trouve aussi une optique stabilisée capable d’ouvrir à f/1.9. A titre de comparaison, le Note 4 ne va pas au delà des f/2.2. Une fois encore, l’idée, c’est évidemment de récupérer un maximum de lumière à la surface du capteur, pour compenser les éclairages les plus faibles et pour donner un peu plus de profondeur aux clichés capturés.

Qu’en est-il de la vidéo ? Elle n’est pas en reste et le Galaxy S6 Edge propose ainsi plusieurs configurations différentes. Il sera possible de capturer des vidéos en HD (1280×720), en Full HD (1920×1080), en Full HD à 60 images par seconde, en QHD (2560×1440) ou carrément en 4K (3840×2140). Difficile de faire plus complet, non ?

Capteur photo Galaxy S6 Edge : image 2

Le module photo et son optique stabilisée.

Des résultats impressionnants, même lorsque la lumière vient à manquer

Sur le papier, le Galaxy S6 Edge semble cumuler les bons points mais comment se débrouille-t-il sur le terrain et dans la vie de tous les jours ?

La première chose qui frappe, c’est la réactivité de son autofocus. La mise au point est presque instantanée. Le LG G3 (testé ici) garde cependant une légère longue d’avance grâce à son laser.

J’ai eu l’occasion d’effectuer différents tests, en comparant les images obtenues avec le Galaxy S6 Edge à des photos prises avec le Xperia Z3 de Sony et le Lumia 930 de Microsoft.

Le dernier téléphone de Samsung m’a fortement impressionné. Le piqué est très bon en pleine lumière au centre de l’image et on se rapproche beaucoup de ce que propose le Z3. Le téléphone de Microsoft garde cependant un temps d’avance, notamment en terme de dynamique.

En intérieur, le S6 Edge a malheureusement tendance à tirer sur les jaunes. C’est dommage, mais il n’en reste pas moins très performant et c’est surtout dans les conditions lumineuses les plus difficiles qu’il excelle, avec une bonne gestion des hautes sensibilités.

Et puis, il y a les vidéos. La qualité de l’image ne change pas, bien sûr, mais le stabilisateur optique fait de véritables ravages. Je le trouve exceptionnel et on se rapproche beaucoup du Lumia 930 sur ce terrain.

Capteur photo Galaxy S6 Edge : image 4

Le mode « pro » et ses réglages supplémentaires.

Une application modulaire et complète

Les performances brutes d’un capteur et d’une optique ne font pas tout. Il faut aussi prendre en compte l’application développée par le constructeur.

Sur ce terrain, Samsung a fait très fort. L’interface est simple, épurée et l’outil est très facile en main, c’est vrai, mais il a surtout l’avantage d’être totalement modulaire. Si l’utilisateur le souhaite, il pourra ainsi récupérer de nouveaux filtres créatifs ou de nouveaux modes de prise de vue en allant fouiner sur la boutique du constructeur.

Si le mode automatique est de la partie, on trouve aussi un mode « pro » qui nous donnera la main sur différents réglages avancés comme le mode de mesure, la compensation de l’exposition, la sensibilité ou encore la mise au point.

L’outil ne va pas aussi loin que Nokia Camera, c’est un fait, mais il devrait tout de même faire plaisir aux photographes les plus exigeants.

Et on termine avec la vidéo qui va bien.