Clicky

Samsung Galaxy S6 Edge : focus sur la puissance et l’autonomie

A présent que l’écran du Samsung Galaxy S6 Edge n’a plus aucun secret pour vous, le moment est venu de passer à la suite du programme et de nous pencher sur sa puissance de calcul et sur son autonomie.

Si vous débarquez fraichement, alors sachez que cet article est le troisième d’une série dédiée au dernier porte-étendard de Samsung. Il fait suite à ma prise en main et au focus consacré à l’écran du terminal. Les prochains focus se concentreront sur son capteur photo et sur sa surcouche.

Puissance Galaxy S6 Edge : image 1

Le Galaxy S6 Edge vu de dos.

Ensuite, un test complet reprenant les éléments des précédents articles sera publié. En attendant, si vous avez des questions et si vous souhaitez que j’approfondisse certains points, il suffit de laisser un commentaire à la suite de cet article.

Un peu de technique pour commencer

Je ne vais pas vous lister une nouvelle fois toutes les caractéristiques du Galaxy S6 Edge, mais il faut tout de même faire un point rapide sur le processeur et sur la batterie histoire d’accorder nos violons.

Le CPU du Galaxy S6 Edge est gravé en 14 nm et il s’agit d’une véritable prouesse technique. Ce détail est d’ailleurs loin d’être anodin car cela veut aussi dire que les électrons circulent plus vite. En outre, la puce consomme aussi moins d’énergie.

Elle est constituée de huit coeurs, reposant sur une architecture de type big.LITTLE. On trouve donc quatre A53 cadencés à 1,5 GHz pour les tâches courantes et quatre A57 cadencés à 2,1 GHz pour les tâches les plus gourmandes. Le passage du premier cluster au second est totalement transparent pour l’utilisateur.

En marge, on trouve aussi un GPU Mali-T760 MP8, soit une version améliorée du GPU intégré dans le Note 4. Il est cadencé à 700 MHz et il supporte OpenGL ES 3.1/3.0/2.0, OpenCL 1.1 et Direct 3D 11.1. Difficile de faire plus complet, non ? Certes, et il faut aussi compter sur 3 Go de mémoire vive.

La batterie, pour sa part, propose une capacité de 2 600 mAh. Elle est compatible avec le rechargement sans fil (Qi) et il suffira ainsi de poser le terminal sur son socle – ou sur n’importe quelle base compatible – pour le recharger.

Pas mal, mais il y a mieux car elle a aussi droit à la charge rapide. Il suffira donc de brancher le téléphone pendant 10 minutes pour disposer de 4 heures d’autonomie.

Nous verrons un peu plus loin que ce détail est loin d’être anodin.

Puissance Galaxy S6 Edge : image 3

L’écran d’accueil de Touchwiz.

Puissance Galaxy S6 Edge : image 2

Toujours une vue de dos du terminal.

Un véritable monstre de puissance

Déterminer la puissance de calcul d’un téléphone n’est pas chose aisée. Le plus simple, finalement, c’est de s’appuyer sur des outils spécifiques.

J’en ai choisi quelques uns, comme AnTuTu, Quadrant ou GeekBench. J’ai pris de nettoyer à chaque fois la mémoire vive du téléphone avant de les lancer, et de fermer toutes les applications en cours d’exécution.

Ces résultats sont évidemment donnés à titre indicatif et ils vous permettront surtout de comparer les performances du S6 Edge à votre propre terminal :

  • AnTuTu : 58 239 points.
  • Quadrant : 6 210 points.
  • GeekBench : 1 499 points en single-core, 5 128 points en multi-core.

Notez que j’ai effectué plusieurs tests à chaque fois, pour calculer ensuite une moyenne. Si vous n’obtenez pas exactement le même score, c’est parfaitement normal.

Le Galaxy S6 Edge est très clairement le terminal le plus puissant qui me soit passé entre les mains dernièrement. Sa puce est extrêmement véloce et elle obtiendrait même de meilleurs résultats que le Snapdragon 810 si j’en crois les recherches que j’ai menées.

Et en pratique alors ? Il n’y a rien à dire. Le terminal est extrêmement réactif. J’avais remarqué quelques latences sur le multitâche au début mais les deux patchs déployés par Samsung la semaine dernière (ici et ) semblent avoir corrigé le problème.

Je joue très peu faute de temps. Ceci étant, j’ai quand même fait l’effort d’installer quelques jeux sur le S6 Edge histoire de voir ce qu’il a dans le ventre. Aucune latence sur Gun Bros 2, Godus, Hearthstone (huhu) ou même Galaxy on Fire 2 HD. Le contraire aurait été étonnant de toute manière.

Puissance Galaxy S6 Edge : image 5

Le centre de notifications.

Puissance Galaxy S6 Edge : image 4

Le S6 Edge vu de profil.

Une autonomie perfectible

Comme indiqué un peu plus haut, Samsung a fait le choix de la finesse, et le Galaxy S6 Edge doit ainsi se contenter d’une batterie dotée d’une capacité de 2 600 mAh. En marge, le constructeur a apporté de nombreuses modifications à sa surcouche pour réduire au maximum l’énergie consommé par cette dernière.

Mes premiers tests n’ont pas été très concluants puisque le terminal parvenait difficilement à dépasser une journée avec une seule charge, pour une utilisation conventionnelle.

J’ai réussi à gagner quelques heures en réglant finement la luminosité de l’écran et en désactivant les services dont je n’avais pas besoin, mais il aura fallu attendre le déploiement de la nouvelle version du service de push de Samsung pour améliorer la situation.

A l’heure actuelle, en faisant attention et pour une utilisation normale, mon Galaxy S6 Edge arrive à tenir un jour et demi. Il tombe à une journée pour une utilisation un peu plus soutenue (jeux, musique, vidéos). Ce n’est pas encore parfait, mais il y a du mieux et Samsung a été plutôt prompt à réagir.

Quoi qu’il arrive, il faudra aussi compter sur un économiseur d’énergie simple capable de réduire la fréquence du processeur ou la luminosité de l’écran pour gagner quelques heures, et sur un mode ultra qui chargera une version simplifiée de la plateforme.

Dans ce cas, nous aurons droit à une magnifique interface toute de gris vêtue, et à une autonomie prolongée de plusieurs jours.

Je vais m’arrêter là pour le moment. Je vous laisse avec ma vidéo.