Samsung veut désactiver les Galaxy Note 7 aux Etats-Unis

Samsung s’apprête visiblement à durcir le ton. La firme sud-coréenne a effectivement annoncé vendredi son intention de désactiver à distance les Galaxy Note 7 encore en circulation sur le territoire américain. D’après elles, ces appareils présentent un risque d’explosion impossible à ignorer. Verizon, lui, ne l’entend cependant pas de cette oreille et il refuse ainsi d’accéder à la demande du constructeur.

Dévoilé en plein cœur de l’été, le Galaxy Note 7 est arrivé très vite aux États-Unis. Les Américains ont été parmi les premiers à en profiter, avec les Australiens.

Note 7 Verizon

Samsung veut désactiver les Galaxy Note 7 encore en circulation sur le territoire américain.

Très vite, les consommateurs ont commencé à se plaindre d’importantes surchauffes. Puis, les terminaux ont commencé à exploser.

Le Galaxy Note 7 était pourtant promis à un brillant avenir

Samsung a été prompt à réagir et la firme a ainsi suspendu les expéditions de l’appareil afin de mener son enquête. Elle n’a rien trouvé et elle a donc pensé que le problème venait des batteries fournies par une de ses succursales, Samsung SDI. Faute de mieux, elle a donc lancé une campagne de rappel et de remplacement sur ces terminaux, pour les remplacer par d’autres appareils équipés cette fois d’une batterie produite par ATL, un des plus gros fournisseurs du milieu.

Malheureusement pour la marque, cette opération n’a pas eu les effets escomptés et de nouveaux cas d’explosion ont rapidement été relevés par les autorités et les médias. Le phénomène s’est considérablement amplifié dans les jours suivants et Samsung a alors pris la décision de suspendre la production (et la vente) du terminal.

Le géant a alors demandé à ses clients de lui retourner leurs terminaux, en leur proposant un échange ou un remboursement. Beaucoup l’ont fait, mais pas tous. Certains irréductibles continuent en effet à utiliser leur phablette malgré les risques encourus et c’est un véritable problème pour l’entreprise.

Samsung veut désactiver le terminal, mais Verizon ne l’entend pas de cette oreille

Afin de les raisonner, elle a donc procédé à plusieurs mises à jour et elle a notamment limité la capacité de la batterie. Ces dernières n’ont malheureusement pas eu l’effet escompté et des centaines de Note 7 sont ainsi encore utilisés à travers le monde.

Et notamment aux États-Unis. Face à la situation, Samsung a donc décidé de prendre le taureau par les cornes et de désactiver la recharge sur ces appareils afin de forcer leur(s) propriétaire(s) à prendre contact avec ses services. Mieux, il a même prévu de déployer cette mise à jour avant la fin de l’année aux États-Unis.

La date arrêtée est en effet celle du 19 décembre.

Mais voilà, tout le monde ne l’entend pas de cette oreille et Verizon a ainsi signifié qu’il ne comptait pas accéder à la demande du constructeur, « à cause des risques additionnels que cela représenterait pour les propriétaires de Galaxy Note 7 n’ayant pas d’autre appareil ».

L’opérateur ne souhaite pas empêcher ses clients de contacter leur famille, les secours ou même les professionnels médicaux dans une situation d’urgence et il n’a donc pas l’intention de déployer ce patch.

C’est évidemment un problème, d’autant que 7 % des terminaux vendus sur le territoire sont toujours en circulation.