San Francisco : Lyft retire ses vélos électriques après que certains aient pris feu en cours d’utilisation

Deux mois seulement après leur déploiement à San Francisco, les vélos électriques roses de Lyft ont été retirés des rues de la ville. Suite à la publication par un utilisateur d’une photo montrant un vélo Lyft carbonisé sur Twitter le 27 juillet dernier, et un second cas annoncé le 31 juillet,  la société s’est vue contrainte de prendre cette mesure.

Selon les informations, le problème proviendrait de la batterie des vélos électriques. Pour le moment, on ignore encore le nombre de cas d’incendie liés à ces vélos Lyft, mais l’entreprise a déclaré qu’aucun blessé n’a été signalé jusqu’à présent et que les techniciens sont en train d’enquêter sur le problème.

Crédits Unsplash

Ce n’est pas la première fois que Lyft retire ses vélos électriques de la circulation puisqu’en avril dernier, ces derniers ont été enlevés des rues de plusieurs villes des États-Unis pour dysfonctionnement au niveau du système de freinage.

Les explications de Lyft

Selon le porte-parole de l’entreprise, l’entreprise a décidé de retirer leur flotte de vélos électriques pour garantir la sécurité des cyclistes.

« Par prudence, le parc de vélos électriques sera temporairement inaccessible pour les utilisateurs pendant que nous enquêtons et mettons à jour notre système de gestion de la batterie », a-t-elle déclaré.

Bien que des examens sur un éventuel dysfonctionnement au niveau de la batterie soient actuellement en cours, la société n’a toutefois pas exclu les possibilités d’actes de vandalisme. San Francisco n’est pas la seule ville concernée par cette dernière décision puisque les vélos des villes de San Jose et d’Oakland seront aussi retirés.

Une remise en question des termes du contrat de Lyft à San Francisco ?

Selon Lyft, elle est la seule entreprise qui a le droit de déployer des vélos électriques sans quai dans les rues de San Francisco, et ce, pour 10 ans. En juin dernier, la société a poursuivi la ville en justice pour l’empêcher de signer des contrats avec d’autres entreprises. Suite à la plainte de Lyft, une injonction préliminaire a obligé la ville à  refuser toute collaboration avec des entreprises concurrentes.

Les récents événements  remettent en question la capacité de Lyft à satisfaire entièrement les besoins du secteur des vélos partagés sans quai à San Francisco. Reste à savoir si ces incidents auront un impact sur le verdict final que va prochainement prononcer le tribunal.