San Francisco veut utiliser la technologie pour résoudre le problème des sans-abris

En principe, San Francisco ne devrait pas abriter de sans-abris. En effet, en 2018, les électeurs ont approuvé une mesure consistant à taxer les entreprises locales et ainsi, collecter 300 millions de dollars par an pour lutter contre ce problème. De plus, la ville compte de nombreux logements pour sans-abris en marge des centaines de millions de dollars que la ville dépense pour aider ces personnes à se trouver un foyer.

Pourtant, malgré toutes ces mesures, San Francisco compte actuellement environ 7.500 sans-abris, et ce à cause de l’augmentation des loyers et la propagation d’autres fléaux comme la toxicomanie, les maladies mentales et autres problèmes de santé.

Crédits Pixabay

Pour régler définitivement le problème, la capitale mondiale de l’innovation et du Big Data se tourne vers la technologie.

ONE System : Le programme visant à mieux surveiller et secourir les sans-abris

En effet, les autorités municipales ont travaillé sur un programme numérique, dénommé ONE System, depuis 2016. Cette technologie permet de suivre et de surveiller les personnes sans-abris dans la ville de San Francisco.

L’objectif du processus est simple : collecter des informations relatives aux sans-abris, et ce, afin d’évaluer plus efficacement les facteurs de risque, de déterminer les personnes le plus dans le besoin et de les placer rapidement dans des logements de transition.

Le programme ONE System a déjà été lancé. Cinq mois après son lancement, 70 personnes ont été sorties de la rue.

Le programme se heurte à de nombreuses difficultés

ONE System a été conçu par BitFocus, une jeune start-up du Nevada.

Ce programme collecte des données provenant de 15 agences municipales et nationales. Ces dernières posent 17 questions aux personnes sans-abris afin d’évaluer leur situation individuelle, leur santé, leur vulnérabilité et depuis combien de temps elles sont dans la rue. Ces informations sont ensuite combinées pour créer une base de données permettant aux responsables de mieux coordonner les actions visant à sortir ces personnes de la rue.

Le programme, qui valait 50 millions de dollars, a été lancé en août 2018. Il était piloté par 50 employés et devait parvenir à évaluer plus de 2.000 personnes en 90 jours.

Toutefois, ONE System s’est heurté à beaucoup de difficultés. Les employés devaient, par exemple, gagner la confiance des participants sans-abris afin que ces derniers leur dévoilent leur véritable nom. De plus, les employés devaient les convaincre de s’inscrire à un programme de surveillance et ils devaient également signer des formulaires de protection de la confidentialité des dossiers médicaux.

Mots-clés urbanisme