Saxo Bank prédit un rachat (peu probable) de Tesla par Apple

Que faut-il attendre de 2019 en termes de pires revirements géo-politiques et financiers possibles ? Comme chaque année, les analystes de Saxo Bank nous donnent des pistes au travers de leurs « Prévisions choc ». Des prévisions dont la réalisation est fort peu probable « mais pas impossible« , comme l’admettent eux-mêmes les auteurs de ce billet, qui s’attellent néanmoins à les coucher annuellement sur le papier comme pour les conjurer ou – à défaut – s’y préparer. Saxo Bank indique d’emblée que « les investisseurs ne voient généralement que 1% de probabilité que [les événements prédits] se réalisent« , mais qu’importe, cette année encore, la banque d’affaires se risque à évoquer les sujets qui fâchent sans se priver d’une pointe de sarcasme à l’égard de Donald Trump, jugé instable.

« Un monde dans lequel Donald Trump est président des États-Unis transforme les énormités en simples faits divers dans le flot des informations quotidiennes« , peut-on lire en introduction d’un long papier, marqué entre autres par la prédiction du rachat de Tesla par Apple à 520 dollars l’action et par celle de graves troubles à venir pour Netflix.

Depuis près de 10 ans, les analystes de Saxo Banque publient annuellement leurs « prévisions-chocs ». Cette année, prédiction est faite d’un rachat de Tesla par Apple et de grandes difficultés à venir pour Netflix.

Ce sont en effet les deux prévisions qui intéresseront en tout premier lieu les technophiles. D’après Saxo Bank, Apple pourrait, en 2019, mettre à contribution son énorme réserve de cash pour acquérir purement et simplement le constructeur de voitures électriques Tesla, et ce alors que la firme a subi tout au long de l’année 2018, le comportement cavalier d’Elon Musk, son patron, récemment écarté du conseil d’administration de l’entreprise.

Tesla croqué en 2019… par la pomme croquée ?

Comme bien d’autres, les analystes de Saxo Bank s’interrogent sur les perspectives d’avenir d’un Apple qui stagne sur un marché du smartphone en déclin (son secteur d’activité numéro 1, les iPhone représentant toujours le plus gros des revenus annuels d’Apple)… mais qui n’en profite pas moins d’une trésorerie dont les montants se chiffrent tout de même à hauteur de 237 milliards de dollars. L’idée serait pour la firme de Cupertino de se diversifier tout en étendant « sa portée dans la vie de ses utilisateurs« , nous dit Saxo Bank. S’implanter dans le secteur de l’automobile serait alors une piste à explorer pour la marque, titillée par le lancement d’une Apple Car depuis des années. Tesla – certainement l’un des constructeurs automobiles les plus liés au monde de la Tech –  serait alors une cible toute trouvée pour un investissement raisonnable et surement raisonné de la part de Tim Cook et ses équipes.

La banque d’affaires danoise estime qu’Apple pourrait consentir à un rachat pour 520 dollars par action, ce qui reviendrait dans les faits qu’à « douze mois de flux de trésorerie disponible pour Apple”. Une peccadille pour la firme, qui serait capable de payer comptant nous disent les analystes de Saxo Bank. Ce rachat permettrait en outre à Elon Musk de mettre à exécution ses « rêves les plus fous » en construisant plus de sites de production et de Gigafactories (ces usines dédiées à la fabrication des batteries lithium-ion, indispensables aux véhicules créés par la marque), tout en « veillant à ce que Tesla ne doive pas, à court terme, équilibrer des dépenses en capital par rapport au flux de trésorerie« .

Netflix en difficulté l’année prochaine suite à l’arrivée de Disney sur la SVoD ?

Toujours au rang des prévisions catastrophes de Saxo Bank, Netflix pourrait se faire dépasser par la crise du « crédit sur le marché américain des obligations de sociétés« . Des crédits aux entreprises auxquels la firme de Los Gatos est très dépendante pour financer le tournage de ses nombreux contenus.

Les analystes de Saxo Bank redoutent que l’arrivée de Disney sur le marché de la VoD en 2019, couplé à cette crise des crédits, ne pousse les investisseurs à considérer l’option Netflix comme un pari trop risqué. Heureusement pour le géant américain du streaming, les prévisions-chocs de Saxo Bank ne se réalisent – dans les faits – que très rarement.

Mots-clés appletesla