Clicky

Ce scotch bioadhésif est inspiré par la bave de limace

Les avancées médicales continuent à repousser les limites. L’innovation biomédicale produite par l’Université de Harvard le prouve. Après les transplantations, greffes, sutures chirurgicales et colles classiques, c’est au tour du scotch bioadhésif de faire sensation. Le principe est très différent, mais est similaire à l’utilisation du scotch ordinaire.

Cette fois, les peaux et les organes sont les bénéficiaires directs de ce dispositif. Il est inspiré de la bave de limace, une colle extra-forte. Le but est entre autres de réparer les perforations afin que ces organes puissent continuer à assurer leur fonction. Cela va tout simplement sauver des vies.

Limace

Cette nouvelle fabrication biomédicale présente de nombreux atouts. La première expérience a d’ailleurs été fructueuse.

Les points forts du scotch bioadhésif

Les chirurgiens ont déjà essayé des colles et des pansements adhésifs spécifiques sur des patients. Malheureusement, bon nombre d’entre eux se sont avérés toxiques. Les sutures chirurgicales sont connues pour être les meilleures alternatives jusqu’à maintenant.

C’est justement pour faire face à ce problème de toxicité que les chercheurs de Harvard ont essayé de trouver une alternative viable.

Apparemment, ils ont réussi. En plus d’être non toxique, leur produit est beaucoup plus adhérent aux tissus humides. Les forces électrostatiques et les liaisons covalentes figurent également l’une de ses qualités.

Cela lui confère une résistance au contact du sang et aux mouvements, bref aux conditions in vivo.

Avancements et portées du projet

Une première expérience a été tentée sur le cœur d’un porc mort, dont l’organe a été modifié pour battre artificiellement. Le cœur a pu fonctionner pendant plusieurs dizaines de milliers de battements. Un foie de rat a également permis d’en démontrer l’efficacité.

La portée de cette innovation va plus loin. L’équipe qui a travaillé dessus pense déjà aux possibilités qu’elle peut offrir à la médecine. Selon eux, ce scotch pourrait servir à administrer des médicaments in vivo. Aussi, ils voudront le rendre biodégradable afin de le faire disparaître naturellement après avoir accompli son rôle.

Les tests effectués sur le scotch bioadhésif ne sont pas encore complets. Il faut encore attendre comment vont se passer les tests cliniques sur des humains avant de tirer les conclusions finales.

Mots-clés médecinesanté