Clicky

Scotland Yard a trouvé une méthode originale contre le chiffrement des smartphones

Scotland Yard a une dent contre le chiffrement des smartphones et il n’est pas le seul. Les autorités sont souvent confrontées à ce problème dans le cadre de leurs enquêtes et elles se retrouvent ainsi dans l’incapacité d’extraire les données des terminaux de leurs suspects. En effet, dans la plupart des pays,  il n’est pas possible pour un agent des forces de l’ordre d’obliger un suspect à déverrouiller son téléphone. Il faut que celui-ci consente à apposer son doigt sur le lecteur d’empreintes digitales ou à composer son code secret.

Pour régler ce problème, les policiers britanniques ont trouvé une parade assez surprenante : le vol légal. Ils ont effectivement le droit de saisir les téléphones de leurs suspects au moment où ils les débloquent, exactement comme un vol à l’arrachée.

Vol Scotland Yard

Scotland Yard a trouvé une méthode imparable pour accéder au contenu des smartphones chiffrés.

Si les autorités ont prise cette mesure, c’est surtout parce que les enquêteurs sont souvent bloqués face aux algorithmes. Et lorsqu’ils arrivent à les déchiffrer, il est parfois trop tard.

Une méthode peu conventionnelle, mais efficace

La BBC fait part d’une opération réalisée par les policiers de l’équipe de Falcon, l’unité « cybercrime » de Scotland Yard, en juin dernier. Elle consistait en l’appréhension d’un suspect impliqué dans une affaire de trafic de fausses cartes bancaires.

Les fonctionnaires de police ont attendu que ledit suspect déverrouille son portable pour passer un appel. L’un d’eux a alors foncé sur lui pour saisir l’objet, à la manière d’un vol à l’arraché dans la rue.

La chaîne anglaise explique que la police a « exploré les possibilités de forcer le suspect à débloquer son téléphone ». Une prérogative qui était tout simplement hors de sa portée. Par contre, en fouinant dans les textes de loi, les agents ont réalisé qu’ils pouvaient « mettre en scène un vol légal, avec la même technique qu’un délinquant ».

Des données exploitables

Après la saisie, un des officiers a fait en sorte que l’appareil ne se verrouille pas en touchant continuellement son écran afin d’éviter la mise en veille. L’ensemble des données a ensuite été copié par la police vers un ordinateur de l’unité.

Les preuves qui ont été recueillies ont été essentielles pour poursuivre l’enquête d’après les agents de police. Elles leur ont même permis de saisir des milliers de cartes bancaires différentes.

L’accusé est passé devant le juge la semaine

Vol Scotland Yard

Scotland Yard a trouvé une méthode imparable pour accéder au contenu des smartphones chiffrés.

. Il a plaidé coupable et il a été condamné à cinq ans de prison.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !