Sea Shepherd est obligé d’abandonner la chasse aux baleiniers japonais

Triste nouvelle pour les baleines, l’ONG Sea Shepherd est obligée de renoncer à « harceler » les baleiniers japonais dans le Pacifique Sud. L’organisation écologiste explique que ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle abandonne sa mission annuelle. C’est surtout parce que les baleiniers ont fait appel aux forces armées nippones pour éviter les attaques menées par les « bateaux pirates » de l’association qui ne font désormais plus le poids.

« Nous avons découvert que le Japon recourt désormais à une surveillance militaire pour suivre en temps réel par satellite les mouvements des bateaux de Sea Shepherd. » explique Paul Watson, le fondateur de Sea Shepherd. Il ajoute que : « S’ils savent où nos navires se trouvent à tout moment, ils peuvent facilement nous éviter. Nous ne pouvons lutter contre leur technologie de type militaire. »

Anonymous Baleine

Jusque-là, l’organisation était parvenue à baisser considérablement le nombre de baleines tuées par les baleiniers japonais en l’espace de quelques années.

« Harceler » pour protéger les baleines

Fondée en 1977, Sea Shepherd est une organisation écologique qui a pour vocation de protéger les océans de tout ce qui pourrait menacer son écosystème. Cela fait douze ans que ces activistes tentent de contrecarrer les séances de pêche des baleiniers japonais dans le Grand Sud.

Lesdits baleiniers étaient responsables de la mort de plusieurs milliers de baleines jusqu’en 2011.

Menés par Paul Watson, les membres de Sea Shepherd se sont alors donnés pour mission de harceler les baleiniers afin de les empêcher de capturer des baleines. La campagne consistait à traquer l’ennemi à bord du bateau pirate, puis de les charger férocement lorsqu’il tentait de faire une prise.

L’armée japonaise s’en mêle

Depuis peu, les baleiniers japonais ont décidé de recourir aux grands moyens en faisant appel aux forces armées locales. Cela fait des semaines que les milices nippones les protègent en leur permettant notamment d’éviter les bateaux de Sea Shepherd.

Les baleiniers sont même allés jusqu’à étendre leur zone de chasse, au grand désarroi de Paul Watson et ses compères.

L’association ne compte cependant pas baisser les bras, espérant toujours contrecarrer les activités des baleiniers en prouvant qu’ils sont en violation de plusieurs traités internationaux. Les deux partis se sont déjà affrontés à plusieurs reprises devant la justice. Sea Shepherd accusait le Japon de pêche abusive et illégale qui l’accusait en retour d’acte terroriste envers ses baleiniers.

Mots-clés écologie