Selon les scientifiques, il existe une limite à l’endurance humaine

Une activité physique effectuée sur une longue période peut s’avérer très fatigante. Pourtant, chez les athlètes, les réserves d’énergie semblent ne jamais s’épuiser.

Afin de vérifier si c’est vrai, des chercheurs ont entrepris de mener une étude pour en apprendre davantage sur les limites de l’endurance humaine.

Crédits Pixabay

Les données de la série de marathons The Race Across the USA, dans laquelle les participants doivent courir pendant des mois, de la Californie à Washington DC, ont été examinées. Les résultats ont ensuite été comparés aux données d’autres activités telles que le Tour de France et les randonnées dans l’Arctique.

Le rapport sur cette étude est paru le 5 juin dernier dans la revue Science Advances.

Des dépenses énergétiques durant les activités physiques

Afin de déterminer s’il existe vraiment une limite à l’endurance humaine, les scientifiques ont fait des prélèvements d’urine chez les participants de The Race Across the USA. Ceux-ci ont été effectués lors de la première et de la dernière étape de la série de marathons afin de déterminer si le taux de calories brûlées varie au cours des différents niveaux.

Les résultats des analyses ont montré que les coureurs brûlaient beaucoup plus de calories au début de la course par rapport aux derniers jours de l’épreuve. Les chercheurs ont également remarqué que plus l’épreuve durait longtemps, moins les athlètes brûlaient de calories. D’autre part, ils ont aussi déterminé que le corps d’une personne qui effectue une activité d’endurance à court terme pouvait dépenser beaucoup plus d’énergie que lorsque cette personne est au repos. Notons qu’une personne au repos brûle des calories pour ses besoins physiques de bases comme la respiration ou encore le maintien de la température corporelle.

Il existe une limite à l’endurance

D’après les résultats de l’étude, les chercheurs ont conclu qu’il existait une limite à l’endurance chez l’homme. Selon les explications du Professeur Herman Pontzer, anthropologue de l’évolution à la Duke University, les intestins ne peuvent absorber qu’une quantité limitée de calories par jour. Selon ses dires, cela pourrait être la raison de la limite de l’endurance.

Quand un athlète dépasse 2,5 fois la quantité de calories qu’il brûle au repos, son corps peut continuer à fonctionner mais cette fois-ci, en puisant dans ses propres réserves d’énergie. Il en résulte une perte de poids qui ne sera cependant pas définitive. Cette récente étude montre ainsi que le corps ne peut fournir qu’une quantité limitée d’énergie pour des activités d’endurance de longue durée.

Mots-clés endurance