Selon un cadre de la firme, Google espionnerait ses employés

L’envers du décor au sein de certaines grandes sociétés n’est parfois que peu reluisant, et les entreprises de la Silicon Valley ne sont pas épargnées par ce phénomène. Bien au contraire.

Ainsi, d’après un chef de produit de Google, la firme de Mountain View mènerait un « programme d’espionnage » en interne. Si cette information n’aurait en elle-même rien de vraiment surprenant (surtout compte tenu des pratiques parfois critiquables de la compagnie en termes de respect de la vie privée), les motivations à l’origine de ce programme seraient cependant nettement plus sujettes à controverses. La firme chercherait en effet à prévenir de toute divulgation de documents sensibles à la presse… ou aux forces de l’ordre.

google-surveillance

Selon un cadre de la firme, Google espionnerait ses employés.

Il faudra évidemment prendre ces informations avec le recul nécessaire. En effet il ne s’agit pour l’heure que d’accusations formulées par un cadre de Google, accusations certes couplées à une plainte déposée auprès de la Cour supérieure de Californie, mais qui n’ont naturellement pas encore donné lieu à un procès ni à un quelconque verdict.

Simples précautions d’usage ou volonté de cacher quelque chose de répréhensible ?

C’est donc la présomption d’innocence qui devra prédominer ici, mais si les dires de celui qui se fait appeler John Doe sont vrais, alors cette affaire pourrait bien s’avérer houleuse à l’avenir.

Selon le cadre de la firme, Google interdirait à ses employés de parler de ses activités illégales – et ce, même à ses propres avocats – et les encouragerait à dénoncer un collègue soupçonné d’avoir divulgué des informations à une personne ne faisant pas partie de l’entreprise.

L’un des cofondateurs de Google aurait eu recours à des menaces

Cette politique de confidentialité radicale serait d’ailleurs approuvée et visiblement encouragée par certains des plus hauts responsables d’Alphabet (maison mère de Google). L’un des cofondateurs de Google aurait ainsi menacé ses employés de licencier purement et simplement quiconque divulguerait ces fameuses informations.

Dans l’éventualité où Google serait reconnu coupable de ces agissements, la firme serait alors amenée à payer 14.600 $ de dommages et intérêts à chacun de ses employés à travers le globe, pour une somme totale qui atteindrait les 3,8 milliards de dollars.

Une chose est claire, cette affaire, baptisée « John Doe vs. Google Inc.« , risque de faire parler d’elle dans les prochains mois.

Mots-clés googlesurveillance