Clicky

Sextoys : Standard Innovation risque un nouveau procès

Standard Innovation a été reconnue coupable en mars dernier d’avoir enregistré de façon illégale des données sur l’activité sexuelle de ses utilisateurs. L’entreprise risque désormais un nouveau procès.

L’affaire remonte en réalité à l’été dernier. Intrigués par les fonctions connectées d’un sextoy de la marque, le We Wibe 4, des experts en sécurité ont commencé à s’intéresser à lui et surtout à son application mobile. L’expérience leur a révélé que l’outil envoyait de nombreux paquets en direction d’un serveur distant lorsque le produit était actif.

Standard Innovation

Ils ont donc poussé plus loin leurs investigations et ils ont alors découvert que ces fameux paquets renfermaient de précieuses données.

Un sextoy connecté un peu trop curieux

Des données portant essentiellement sur la manière dont le produit était utilisé par son propriétaire. Grâce à ce système, l’entreprise récupérait ainsi de précieuses informations portant sur la fréquence d’utilisation de son jouet sexuel ou même sur les réglages définis par l’utilisateur.

Comme l’intensité de ses vibrations, par exemple. Le tout sans l’autorisation des utilisateurs, bien entendu.

Les chercheurs ont présenté les résultats de leur étude lors de la Defcon de Las Vegas et Standard Innovation a été obligé de s’expliquer publiquement sur cette fonction cachée. L’entreprise a alors déclaré par le biais de son porte-parole que ce système de log était utilisé pour effectuer un contrôle qualité du produit, mais ces explications n’ont pas convaincu tout le monde.

Une femme, notamment, a décidé de poursuivre la société. Elle a été rapidement rejointe par d’autres clients mécontents et la plainte s’est alors transformée en class action. Le juge chargé de l’affaire a fini par trancher en faveur des plaignants et Standard Innovation a été condamné à verser environ 4 millions de dollars canadiens aux plaignants.

Depuis, bien sûr, l’entreprise a revu sa politique de confidentialité, mais il semblerait qu’elle ne soit pas encore au bout de ses surprises.

Un cabinet britannique a reçu des plaintes

Slater et Gordon, un cabinet d’avocats britannique, a en effet été approché par plusieurs anciens clients de l’entreprise, des clients visiblement désireux de faire entendre leur voix à leur tour. D’après la responsable du service contentieux, ces personnes seraient totalement bouleversées par les révélations faites durant la Defcon.

Ils ont notamment déclaré qu’ils avaient le sentiment d’avoir été trahis par la compagnie et qu’ils n’auraient jamais téléchargé l’application s’ils avaient eu connaissance de cette fonction cachée.

En conséquence, Slater et Gordon a décidé de se pencher très sérieusement sur la question et ils ont même lancé le mois dernier un appel visant à trouver de nouveaux clients insatisfaits.

Standard Innovation risque donc de faire prochainement face à un nouveau procès, un procès qui risque une fois de plus de lui coûter plusieurs millions de dollars.

Mots-clés justicenopubsextoys

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.