Si les FRB donnent vie à des théories sur des extraterrestres, c’est normal

Lors de tests préalables à sa mise en service, le télescope canadien  CHIME (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment) a détecté d’étranges FRB (Sursauts Radio Rapides, en anglais Fast Radio Burst). Ces sursauts d’ondes radio, qui ne durent que quelques millisecondes, avaient la particularité de se répéter. Ce n’est que la deuxième fois que les scientifiques observent de tels FRB.

Pour l’heure, les astronomes n’ont pas encore trouvé de théorie viable pour expliquer le comportement de ces énigmatiques faisceaux d’ondes radio.

Message extraterrestre

Et en l’absence d’explication solide, les spéculations se tournent naturellement vers l’origine extraterrestre.

Le « biais d’intentionnalité » à l’origine de notre croyance aux extraterrestres

Selon Avi Loeb, astronome à Harvard, les FRB pourraient être de puissants faisceaux d’énergie utilisés par les extraterrestres pour propulser leurs vaisseaux spatiaux. Ce n’est pas la première fois que l’on attribue aux extraterrestres l’origine d’un phénomène cosmique mal compris.

En 2015 par exemple, les astronomes avaient détecté une étoile située à quelques 1 500 années-lumière, dont la lumière clignotait étrangement. Les chercheurs ont alors pensé que cela pouvait être provoqué par une « mégastructure extraterrestre » tournant autour de l’étoile pour collecter de l’énergie. Puis, lorsqu’en 2017, Oumuamua, le petit corps interstellaire en forme de cigare, a pénétré dans le système solaire, certains ont pensé qu’il pouvait s’agir d’un engin spatial en chute libre.

Pour Chris French, responsable de l’unité de recherche en psychologie anormale à Goldsmiths, Université de Londres, il est naturel pour les humains de voir des extraterrestres derrière chaque mystère cosmique. Pour cause, « nous avons ce qu’on appelle un biais d’intentionnalité… C’est l’hypothèse que chaque fois que quelque chose se passe, quelque chose ou quelqu’un le fait pour une raison. Dans le contexte de l’espace, ce quelqu’un sera toujours des extraterrestres. », explique French.

L’argument évolutionniste qui soutient le biais d’intentionnalité, appelé « agentivité », veut que nos anciens ancêtres s’en sortaient mieux si un bruit dans les buissons les faisait courir se mettre à l’abri plutôt que de supposer que c’était dû au vent. « Au fil du temps, nos cerveaux ont évolué pour nous garder en vie plutôt que d’appréhender la vérité de l’univers », dit French.

La croyance aux extraterrestres difficilement dissociable de la science ?

L’astronome Carl Edward Sagan, décédé le 20 décembre 1996 (à 62 ans) à Seattle, avait soulevé le dilemme pour les scientifiques, stipulant qu’ils pouvaient devenir aliénés s’ils étaient trop ouverts d’esprit, mais qu’ils pouvaient aussi rater de grandes découvertes s’ils n’étaient pas assez ouverts. « Il me semble que la problématique ici est de trouver un équilibre exquis entre deux besoins contradictoires », disait-il. « L’examen le plus sceptique de toutes les hypothèses qui nous sont servies et en même temps une grande ouverture aux idées nouvelles. »

Lorsque Duncan Lorimer, astrophysicien à la West Virginia University, a découvert le premier FRB en 2007, son équipe n’a pas exclut l’hypothèse qu’il pouvait s’agir d’un message extraterrestre.

« Nous avons absolument pensé aux extraterrestres », a-t-il déclaré. « On n’avait que ce seul objet. On a cherché des indices dans le signal et on n’a rien trouvé, mais on y a en effet pensé. »

Si rien n’a encore été prouvé, de nombreux astronomes pensent que les FRB sont des faisceaux intenses de rayonnement émis par des particules chargées alors qu’elles sont balayées par des étoiles à neutrons fortement magnétisées. Duncan Lorimer n’exclut pas cependant l’autre éventualité : « cela semble être une idée plus plausible, mais je ne veux pas exclure complètement les aliens », a-t-il déclaré.

Mots-clés extraterrestresfrb