Si une vie extraterrestre existe, alors elle se rapproche sans doute plus de la pieuvre que de l’être humain

La pieuvre est un animal bien plus complexe qu’on le pensait, et il se pourrait que s’il existe une forme de vie ailleurs dans l’univers, elle ressemble plus à la pieuvre qu’à l’être humain. Des scientifiques qui ont en effet étudié récemment les mouvements des tentacules de la pieuvre ont découvert que le cerveau central de l’animal n’était pratiquement pas impliqué dans leurs mouvements.

En fait quand une pieuvre enroule l’un de ses bras flexibles autour de quelque chose, ce n’est pas son cerveau qui le lui commande.

Pieuvres

Crédits Pixabay

Ses tentacules décident tous seuls, un peu comme si nos orteils décidaient d’où on devait aller !

Les étonnantes facultés des tentacules de la pieuvre

Les chercheurs ont présenté leurs conclusions le 26 juin dernier à la conférence scientifique sur l’astrobiologie 2019. Comme l’a expliqué Dominic Sivitilli, étudiant diplômé en neuroscience comportementale et en astrobiologie à l’Université de Washington à Seattle, l’équipe de scientifiques a utilisé une caméra et un logiciel de suivi du comportement pour modéliser la façon dont la pieuvre perçoit puis traite les informations relatives à son environnement en utilisant ses tentacules.

Ils ont découvert que le mouvement des bras d’une pieuvre commence loin du cerveau, déclenché par des capteurs situés dans les ventouses qui recouvrent ses tentacules. Chaque ventouse contient des dizaines de milliers de récepteurs chimiques et mécaniques; en guise de comparaison un doigt humain ne contient que quelques centaines de récepteurs mécaniques, a déclaré Sivitilli.

Lorsque la pieuvre touche quelque chose d’intéressant, le « cerveau » dans ses bras traite l’information et fait avancer le signal, indiquant au bras ce qu’il doit faire ensuite. Les chercheurs ont découvert que les signaux générés par une ventouse sont transmis au voisin le plus proche, activant les muscles du bras et générant une onde de mouvement radicale qui monte du bras vers le corps. Ainsi, le signal qui atteint le cerveau central de l’animal est « très abstrait » et n’est pas directement impliqué dans les interactions des tentacules, a expliqué Sivitilli.

Mais quel rapport avec la vie extraterrestre ?

Si les pieuvres sont considérées comme des animaux très intelligents, leur façon de percevoir et d’interagir avec le monde qui les entoure diffère radicalement des techniques développées chez les vertébrés intelligents.

Ainsi, les scientifiques pensent que la cognition chez les pieuvres pourrait constituer un modèle alternatif important pour la compréhension de l’intelligence et éventuellement nous préparer à la reconnaissance d’expressions inhabituelles de la vie intelligente extraterrestre, a déclaré Sivitilli.

« Cela nous donne une compréhension de la diversité de la cognition dans le monde. Et peut-être dans l’univers. », a-t-il déclaré.

Mots-clés extraterrestres