Snapdragon Wear 3100, une nouvelle puce orientée wearables

Qualcomm vient de mettre à jour sa gamme de puces destinées aux montres et bracelets connectés. Avec le Snapdragon Wear 3100, le fondeur promet des améliorations notables, notamment en termes de consommation énergétique.

Qualcomm est surtout connue pour ses SoC Snapdragon qui équipent la grande majorité des smartphones actuels. En ce moment, l’entreprise s’apprête d’ailleurs à dévoiler le Snapdragon 855, le successeur du Snapdragon 845 qui se trouve à l’intérieur du OnePlus 6 ou encore du Pocophone F1. Il faut tout de même savoir que Qualcomm s’intéresse aussi au marché des processeurs dédiés aux wearables. Le géant américain lance ainsi le Snapdragon Wear 3100. Le lancement en question intervient deux ans et demi après l’annonce du Snapdragon Wear 2100.

Le Snapdragon Wear 3100 est censé résoudre le manque d’autonomie de nos montres connectées. Il propose également d’autres améliorations qui vont changer radicalement l’expérience utilisateur.

Un co-processeur pour optimiser la consommation énergétique

Contrairement aux précédentes puces de Qualcomm orientées montres et bracelets connectés, le Snapdragon 3100 est doté d’un processeur secondaire qui se charge des tâches courantes. Ce co-processeur consomme moins d’énergie que le processeur principal. Du coup, l’impact sur l’autonomie sera énorme. Il se charge notamment de la gestion des capteurs et de l’affichage. Grâce à ce nouveau procédé, le fondeur annonce avoir réussi à baisser le besoin énergétique de 20 %.

« Dans 95 % des cas où vous n’interagissez pas réellement avec [votre montre], vous êtes en mode ambiant ou en mode de détection constante », explique Pankaj Kedia, le chef de la division wearable de Qualcomm. Seuls 5 % des tâches nécessiteront donc le fonctionnement du processeur principal, plus énergivore que le co-processeur.

D’autres améliorations au rendez-vous

En plus de l’ajout de ce processeur secondaire, Qualcomm promet une meilleure gestion des capteurs avec le Snapdragon Wear 3100. Auparavant, les marques devaient recourir à des algorithmes conçus par la société pour évaluer l’activité physique. Maintenant, elles peuvent écrire leurs propres codes, ce qui pourrait permettre à certaines entreprises d’avoir un avantage sur les autres.

Quant à la sortie des premiers wearables équipés, ceux-ci devraient faire leur apparition avant la fin de l’année. Fossil, Louis Vuitton et Montblanc sont susceptibles d’annoncer des montres propulsées par le Snapdragon Wear 3100 au cours du dernier trimestre 2018.

En réalité, pour Montblanc, c’est même déjà le cas.

Mots-clés qualcomm