Songbeat, un logiciel pour écouter et télécharger de la musique…

Mais c’est pas vrai ça… Depuis quelques temps, les services web permettant d’écouter et de télécharger gratuitement de la musique ne cessent de se multiplier. Et c’est mal, nous sommes bien d’accord… En même temps, s’il y a des MP3 qui circulent en direct sur le web, ce n’est pas de notre faute. Et voilà maintenant qu’on se met à créer des logiciels pour les écouter et les télécharger encore plus facilement. Si ce n’est pas de la provocation, je ne sais pas ce que c’est…

Non parce que bon, il n’a jamais été aussi facile de télécharger illégalement de la musique. Sans rire, avant Napster, déjà, ce n’était pas aussi simple. Il fallait fouiner, encore et encore, et attendre tranquillement que le vieux modem 56k rapatrie ce qu’on lui avait demandé. Maintenant, avec l’avènement de l’ADSL et des nouvelles technologies, on peut le faire en quelques clics. Difficile, dans ce contexte, de ne pas être tenté.

Et ce n’est certainement pas Songbeat, découvert une fois de plus chez l’ami Ben, qui me fera dire le contraire. Cette fois, il n’est pas question d’un service web, mais carrément d’un logiciel qu’il suffit d’installer tranquillement sur sa bécane. Une fois que vous l’aurez fait, alors vous n’aurez qu’à saisir quelques mots clés, comme un titre, un auteur ou un album, pour qu’il aille explorer le web et qu’il vous retourne tous les liens directs qu’il aura trouvés.

Ces liens, vous pourrez, au choix, soit les écouter, soit carrément les télécharger. Un clic, une chanson. Un nouveau clic, une nouvelle chanson. Jusqu’à ce que vos disques de 500Go affichent complet, bien entendu. Non, vraiment, il y a de quoi se damner, c’est certain.

Le plus amusant, dans l’histoire, c’est que selon les instigateurs du projet, c’est aux utilisateurs de se renseigner si les morceaux proposés sont protégés ou pas. Inutile de vous dire que rares seront ceux qui prendront la peine de vérifier ce point avant de lancer leurs téléchargements.

Mais il faut tout-de-même se montrer prudents avec cet outil. Après tout, rien ne dit que Songbeat ne garde pas des logs des activités illicites que vous pouvez mener avec leur logiciel. Tout comme les services web spécialisés dans ce domaine, d’ailleurs. Le seul point positif, c’est que tous les liens proposés sont des liens circulant en libre service sur la toile. Toujours d’après leur équipe, Songbeat ne va donc pas fouiner sur le disque dur de ses utilisateurs.

Mais, finalement, pouvons-nous en être vraiment sûr ? L’anonymat sur internet n’est qu’un mythe et, désormais, tout le monde le sait. Seulement, ce que beaucoup d’utilisateurs ignorent encore, c’est que même le contenu de nos disques durs ne nous appartient pas vraiment.

Via Vendeesign