Sparrow : des composants open source accessibles au téléchargement

Il y a une dizaine de jours, alors même que votre humble serviteur se la coulait douce sur les plages du sud de la France, Google a posé un chèque sur la table afin d’acquérir Sparrow, le célèbre client de messagerie disponible à la fois sur iOS et sur Mac OS. Une triste nouvelle, d’autant plus que Big G a purement et simplement décidé de clore le projet. Sparrow, c’est donc terminé et la firme américaine vient d’ailleurs de le prouver puisqu’elle a décidé de redistribuer une partie du code source du logiciel. Et attention, car vous ne pourrez pas en faire ce que vous voulez.

Sparrow : des composants open source accessibles au téléchargement

Non, car ces composants sont distribués sous licence LGPL 2.1. Bon, ça ne vous parle pas forcément, mais il faut simplement savoir que c’est une licence limitée, ce qui veut donc dire que vous ne pouvez pas faire n’importe quoi avec ces fichiers. Concrètement, et comme Google l’explique sur le site officiel de Sparrow, tout ce que vous pouvez en faire, c’est les consulter et les utiliser pour votre usage personnel. Vous n’avez donc pas le droit de profiter de ces composants pour développer vos propres projets. C’est un point important et qui en dit long sur les réelles attentions de Google et sur ce qui a motivé la firme dans ce rachat. Sparrow représentait visiblement une menace pour elle (ou plutôt pour son propre client) et c’est donc à coups d’espèces sonnantes et trébuchantes qu’elle a décidé de régler la situation.

Sparrow est donc mort, bel et bien mort. Malgré les grognements des internautes, malgré les pétitions, le rideau est définitivement tombé et on ne manquera évidemment pas de penser à tous ceux qui ont investi de leur poche pour acquérir les deux versions du client histoire d’agrémenter leur iDevice et leur Mac. A part quelques corrections de bugs (encore que), il ne faut effectivement ne plus attendre quoi que ce soit de ce dernier. Bel esprit, évidemment. Quoi qu’il en soit, si vous avez du temps et des compétences, vous pouvez récupérer ces fameux composant à cette adresse.

Don’t be evil, vraiment ? M’enfin, on peut terminer sur une note positive, la relève n’est pas loin

Via