Spartan : une capture et des infos pour le prochain navigateur de Microsoft

Microsoft va tenir une conférence de presse spéciale à la fin du mois pour présenter les dernières nouveautés en lien avec Windows 10. Dans le lot, il sera peut-être question de ce fameux navigateur web maison dont on entend parler depuis la fin de l’année dernière, et qui répond au nom de code Spartan. Fascinant, mais il y a mieux encore car BGR a apparemment mis la main sur une première capture de la bête, avec quelques infos en prime.

Je sais que certains d’entre vous vont avoir envie de rire en regardant cette capture. Inutile de le nier. Toutefois, le truc qu’il faut bien garder en tête, c’est que le développement de Spartan vient de commencer, et le navigateur n’est même pas en version alpha.

Capture Microsoft Spartan

Voilà à quoi pourrait (notez le conditionnel) ressembler Spartan.

Qu’est ce que ça veut dire ? Simplement que l’interface de l’application n’est pas la priorité pour l’équipe en charge du projet. Pour le moment, les développeurs de Microsoft doivent sans doute se concentrer sur le coeur du navigateur, et sur son moteur de rendu.

Des instructions vocales, et un chouette outil pensé pour les développeurs

Toujours est-il que la personne qui a envoyé à BGR cette capture a aussi évoqué certaines de ses caractéristiques, et de ses spécificités. Spartan serait ainsi parfaitement capable de comprendre les instructions vocales et l’utilisateur n’aurait qu’à lui demander de se rendre sur un site ou d’ajouter une page à ses favoris pour qu’il s’exécute docilement.

Il ne serait d’ailleurs pas étonnant que Cortana ait un rôle à jouer ici aussi.

En outre, Spartan pourrait émuler des navigateurs web concurrents et l’internaute n’aurait qu’à appuyer sur un bouton pour afficher un site dans quatre fenêtres différentes, chacune correspondant à un navigateur spécifique. Typiquement le genre de fonction qui devrait faire la joie des développeurs et des intégrateurs, en somme.

Un public qui n’a jamais porté Internet Explorer dans son coeur. A raison, d’ailleurs.

Via