Spectre : Intel déploie son nouveau correctif

La firme de Santa Clara vient d’accoucher d’un nouveau correctif visant à contrer Spectre. Cette nouvelle version du microcode intervient après deux premières vagues de mises à jour. La première, déployée à la hâte suite à la découverte des failles Spectre et Meltdown, causait des problèmes de redémarrages intempestifs aux utilisateurs l’ayant installée ; tandis que la seconde n’était pour sa part destinée qu’aux seuls processeurs de la lignée Skylake.

Cette fois, et comme l’indique ArsTechnica, Intel ambitionne de régler son (gros) problème de vulnérabilité sur un plus large éventail de puces – puisque cette nouvelle itération du microcode concerne les processeurs Intel de 6e, 7e et 8e générations. En clair, Spectre ne devrait (si tout se passe comme Intel l’a prévu) plus inquiéter les détenteurs de CPUs Skylake, Kaby Lake et Coffee Lake.

Intel commence à déployer son nouveau correctif visant à contrer Spectre. Cette nouvelle version du microcode s’adresse aux CPUs de lignée Skylake Kaby Lake et Coffee Lake, ainsi qu’à leurs variantes respectives.

Cette nouvelle mise à jour vise à protéger les processeurs énumérés de la seconde variante de l’attaque signée Spectre. Une attaque qui s’appuie sur certaines faiblesses du système et qui permet notamment aux pirates d’obtenir des informations confidentielles stockées dans la mémoire. Avec ce correctif, la firme renforce les mécanismes de prédiction de son microcode en vue de rendre cette seconde variante de l’attaque inexploitable.

Intel : des mises à jour en pagaille, qui ne concernent pas tous les processeurs de la firme…

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’Intel patauge un peu dans la conception et le déploiement de ses différents patchs, et que ces derniers ne concernent pour l’heure qu’une fraction des processeurs que la compagnie a lancés au fil de ces dernières années. Spectre a en effet pour particularité de s’attaquer à une faille présente sur la quasi-totalité des processeurs Intel actuellement utilisés à travers le monde.

Le géant américain a donc du pain sur la planche pour colmater la brèche, et il s’y prend de manière progressive en tentant de patcher – dans un premier temps – ses puces les plus récentes. Une stratégie qui fait sens, mais qui a peut-être pour inconvénient de manquer de clarté pour le grand public.

Le mieux reste probablement de surveiller le site officiel de son fabricant de cartes mères (Asus, MSI, Gigabyte, ASRock…) ou de se fier aux recommandations du constructeur de sa machine pour avoir des informations précises – et prendre de la distance vis-à-vis du branle-bas de combat un poil erratique qui semble caractériser la situation d’Intel sur ces dernières semaines.

À ce propos, l’entreprise californienne indique que la nouvelle version de son microcode a été transmise à ses partenaires. C’est donc à ces derniers qu’incombe à présent la tâche de concocter – et de diffuser – une update qui inclura le correctif mis au point par Intel.