Splatoon, le test haut en couleurs !

Présentée officiellement lors de l’édition 2014 de l’E3, la nouvelle franchise de Nintendo, Splatoon, est enfin disponible, après un bien trop court teasing réalisé par une démo dont nous avions déjà tiré un premier aperçu du jeu.

N’écoutant que mon courage, je me suis lancé dans la bataille des couleurs et, après avoir reçu plusieurs centaines de litres d’encre dans la tronche, il était temps de rédiger un petit test de Splatoon, histoire que vous sachiez si le jeu est susceptible de vous plaire si vous n’avez pas déjà craqué.

Splatoon

Le multijoueurs en ligne au premier plan

Si le jeu démarre avec le même tutoriel que dans la démo, le reste est différent puisque, cette fois-ci, nous avons enfin le droit de nous promener dans les rues de Chromapolis. Mais pas trop non plus.

En effet, peu de choses sont accessibles dès le début du jeu, et il ne sera ainsi pas la peine d’espérer pouvoir acheter une autre arme que celle par défaut, ou même une autre tenue : les vendeurs refusent de vous vendre quoi que ce soit tant vous n’avez pas « la classe ». Autrement dit tant que vous n’avez pas atteint le niveau 4.

La question à se poser, c’est donc bien évidemment : comment monter de niveau ? Et la réponse se situe dans le titre de cette partie, soit en allant déverser votre encre sur de parfaits inconnus.

Le mode multijoueurs en ligne est central dans Splatoon, et c’est là que vous passerez le plus clair de votre temps. En fonction du moment auquel vous jouez, différents stages sont disponibles, choisis aléatoirement à chaque bataille. De même que vos adversaires… et votre équipe.

Splatoon

Ce mode est très sympa pour se défouler, même au début : le prise en main de Splatoon est rapide, le tutoriel aidant bien. Le petit bémol, mais qui d’un autre côté est une bonne chose puisqu’il rajoute de la difficulté, c’est cet aspect aléatoire.

Vous choisissez votre arme, certes, mais toutes les armes ne sont pas égales selon le terrain, et vous ne connaissez pas ce fameux terrain à l’avance. Adieu stratégie complète. Et d’ailleurs, adieu stratégie tout court : comment mettre en place une stratégie avec de parfaits inconnus avec lesquels vous ne pouvez même pas communiquer un minimum ?

Un autre mode aurait donc été le bienvenu, un qui permettrait par exemple de sélectionner une langue et de ne trouver que des joueurs parlant cette langue. Avec un chat vocal qui permettrait à toute l’équipe de communiquer, le jeu prendrait une toute autre dimension et éviterait sûrement que certains se marchent dessus. Si Nintendo a bien expliqué pourquoi il n’y avait pas de chat vocal et qu’on comprend tout à fait qu’effectivement ce serait source d’insultes, ça n’en reste pas moins dommage.

Quoiqu’il en soit, les batailles n’en restent pas moins intéressantes, et surtout palpitantes : les terrains ne sont ni trop gros, ni trop petits, ce qui permet de contourner des ennemis… qui ne tarderont pas non plus à vous rattraper. En gros, si votre équipe a l’avantage et a conquis les trois quarts du terrain alors qu’il ne reste qu’une minute, vous pouvez perdre quand même. Exactement comme dans Mario Kart, donc, on peut perdre à tout moment, et c’est bien, rien n’est jamais plié.

On ne peut pas en dire autant des matchs pros ouverts récemment : en fonction de votre niveau et de votre équipe, vous pouvez perdre très rapidement, ou gagner tout aussi rapidement. Au contraire, la partie peut également être particulièrement bien serrée, le terrain ayant une grande influence sur cette rapidité de victoire. Bref, les maths pros, c’est un autre monde qui aura le mérite de vous forcer à progresser en allant à l’assaut de l’ennemi qui a eu l’audace de vous piquer votre zone.

En ce qui concerne les armes, inutile de tout décrire, puisque les principales ont déjà été citées lors du Nintendo Direct consacré à Splatoon. D’ailleurs, ça ne servirait à rien de s’éterniser là-dessus : tout est une question de goût, à savoir est-ce que vous souhaitez vous lancer à corps perdu dans la bataille, tout recouvrir pendant que les autres se chargent de vous couvrir, ou éliminer les adversaires à distance ?

Un mode aventure, et un mode deux joueurs

Splatoon, ce ne sont pas que des batailles contre d’obscurs adversaires. Déjà, vous pouvez aller combattre votre amis, mais vous n’avez même pas besoin de ça pour vous changer les idées : un mode aventure est disponible, vous laissant seul contre les odieux Octariens.

L’idée de ce mode, c’est de parcourir différents niveaux pour y combattre lesdits Octariens qui sont, comme vous vous en doutez, les méchants de l’histoire. Encore une fois, c’est à grands coups d’encre que vous en viendrez à bout, et ce mode a le mérite de vous faire progresser en vous forçant parfois à trouver quelques astuces. Mais il ne fera pas pour autant progresser votre personnage dont le niveau ne monte que dans les batailles multijoueurs.

On peut également citer le mode deux joueurs qui permet d’affronter une personne présente dans votre salon lors d’une bataille de ballons : si vous pouvez bien évidemment vous liquider entre vous, le but est ici d’éclater un maximum de ballons. Sympathique, mais sans plus.

Faites couler l’encre !

Sur le papier, Splatoon n’a rien de très vendeur : on incarne des personnages qui se battent à coup d’encre dans des batailles rappelant le paintball, et qui peuvent se transformer en poulpe. Mais force est de constater que le résultat est bon, et même très bon : cette transformation est au cœur de toute stratégie et elle est la source de nombreux retournements de situation, à base de coups en traîtres et d’ennemi surgissant de nulle part pour mieux vous surprendre.

Comme d’habitude, nous n’avons pas tout abordé au cours de ce test qui n’a pas pour vocation de tout décrire pour spoiler tout le monde (contrairement au Nintendo Direct précédemment cité). Sachez juste que le choix de votre tenue ne se fera pas qu’en fonction du style qu’elle vous confère, par exemple…

Bref, nul doute que Splatoon a un bon avenir devant lui et qu’il devrait, à l’image de Super Smash Bros., devenir une franchise aux multiples jeux.