Web

Spotify a été victime d’un virus !

Cela fait maintenant plusieurs années que les créateurs de virus rivalisent d’ingéniosité pour camoufler leurs oeuvres. Leur objectif est simple, il s’agit tout simplement de nous berner nous et nos braves antivirus. Tout ça dans l’optique d’infecter plus facilement nos ordinateurs. Le dernier exploit en date concerne la version gratuite de Spotify puisque des petits malins sont parvenus à dissimuler un cheval de troie dans des publicités. Depuis, la faille a été comblée mais on pourra tout-de-même saluer la performance.

Enfin saluer… Hum, loin de moi l’idée d’acclamer les créateurs de ce cheval de troie, bien sûr, mais on peut au moins reconnaître qu’ils ont fait preuve d’originalité sur ce coup et même d’ingéniosité. Planquer un virus dans une publicité diffusée sur la version gratuite de la plateforme, il fallait vraiment y penser. Et pourtant, quand on pense que Spotify est utilisé par des millions d’internautes et de mobinautes à travers le monde, on comprend tout le potentiel de la chose, d’autant plus que personne, du moins jusqu’à présent, ne se méfie des publicités diffusées sur ce service.

Cependant, le fonctionnement de ce virus était d’une banalité affligeante. On peut même dire que ce dernier se contentait d’appliquer une méthode ancestrale, à savoir l’infection par la peur. La publicité ainsi diffusée faisait en effet état de la prétendue présence de logiciels malveillants sur la machine de l’utilisateur et lui proposait ensuite de télécharger et d’installer un antivirus pour combler cette terrible faille de sécurité. Un antivirus du nom de « Windows Recovery ».

D’ailleurs, si vous surfez pas mal sur le web, il est possible que vous ayez déjà croisé une publicité du genre sur certains sites. Et c’est parfaitement logique puisque cette méthode est plutôt ancienne et a déjà fait ses preuves dans le passé. En effet, pour infecter un internaute, la meilleure méthode consiste à lui faire croire qu’il est déjà infecté. Sachant que la plupart des néophytes sont totalement paranoïaques et ont tendance à voir des virus à chaque coin de rue, on comprend pourquoi elle est toujours d’actualité.

Bref, une fois installé sur l’ordinateur, Windows Recovery se mettait en branle et révélait sa terrible nature en supprimant les droits administrateur, en bloquant l’accès aux fichiers personnels du profil et en empêchant l’utilisateur de lancer certains logiciels. Notons en outre que ce virus n’a pas touché tous les pays. Apparemment, seuls la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Suède auraient été touchés. Depuis, Spotify a bien évidemment comblé la faille mais cela ne réconfortera sans doute pas ceux qui en ont été victimes.

Via