Spotify décide de sévir contre ceux qui piratent son offre Premium

On pouvait raisonnablement penser que le piratage de musique avait pris du plomb dans l’aile avec le développement des services de streaming dédiés, mais il semblerait qu’il ait simplement pris une autre forme. Au travers d’applications non-officielles de Spotify et d’un simple compte gratuit sur le service, de nombreux utilisateurs peu scrupuleux parvenaient en effet à profiter de l’offre premium du géant suédois (tout du moins en partie), sans avoir à mettre la main à la poche.

Pas besoin d’abonnement donc, puisqu’un petit tour sur Github (par exemple) permettait à ceux qui le voulaient de récupérer une version « hackée » du service pour en débloquer certaines fonctionnalités d’ordinaire réservées aux abonnés. Une pratique contre laquelle Spotify a toutefois décidé de partir en croisade, comme l’indique The Verge.

Le géant suédois de la musique en streaming a décidé de sévir contre les utilisateurs qui piratent son offre premium, pour en profiter dans débourser le moindre centime.

Remontée à bloc, la plateforme qui s’apprête à entrer en bourse s’est donc attaquée à la fois aux utilisateurs incriminés et aux développeurs de ces fameuses applications détournées. Si l’initiative est on ne peut plus légitime, il est fort probable que le tout s’apparente au final à un gros coup d’épée dans l’eau pour le leader du marché.

Une lettre aux usagers retors et un coup de Roundup sur le net pour limiter le partage d’applications hackées

Dans un souci de clarté, la firme a adressé un mail aux utilisateurs ayant eu recours à des versions tronquées de l’application. Dans son message, Spotify caresse gentiment ces usagers dans le sens du poil, mais tout en leur faisant passer un message très net. On peut notamment y lire : « Nous avons détecté une activité anormale sur l’application que vous utilisez, nous l’avons donc désactivée. Ne vous inquiétez pas – votre compte Spotify est en sécurité ». Une fois ces formalités passées, le service indique que pour récupérer l’accès au compte, « désinstaller toute version de l’application Spotify non autorisée ou modifiée et (…) installer l’application Spotify officielle depuis le Google Play Store » est nécessaire.

Un message enrobé de miel que Spotify saupoudre par la suite de piment oiseau histoire de montrer les crocs : « Si nous détections une utilisation répétée d’applications non autorisées en violation de nos conditions, nous nous réserverions tous les droits, y compris ceux de suspendre ou de fermer votre compte. Merci d’être un utilisateur de Spotify ». Le message est clair, pas sûr toutefois qu’il soit suffisamment dissuasif.

Visiblement conscient du problème, Spotify a également tenu à s’attaquer à ceux qui diffusent des versions non-autorisées de son application. C’est notamment le cas sur Github, où plusieurs threads ont été clos suite à des réclamations émanant du géant suédois, en accord avec le DCMA (Digital Millennium Copyright Act).

Il en faudra sûrement plus pour nuire aux activités des hackers…

Mots-clés piratagespotify