Star Wars : George Lucas pense comprendre les critiques adressées à sa prélogie

Alors que La Menace Fantôme, soit l’épisode I de la prélogie Star Wars, souffle cette année sa vingtième bougie, son réalisateur George Lucas a réaffirmé que ce film et les deux qui ont suivi étaient réservés à un jeune public. D’où les nombreuses critiques de l’époque envers cette nouvelle trilogie.

On ne dirait pas, puisque Liam Neeson continue d’enchaîner les projets au cinéma comme s’il n’avait pas assez cotisé dans sa vie, mais Star Wars, épisode I : La Menace fantôme va avoir vingt ans cette année. C’est en fait déjà le cas aux États-Unis où le film est ainsi sorti dans les salles obscures le 15 mai 1999, alors que la France l’a découvert le 13 octobre de la même année.

Impossible de ne pas parler de succès commercial avec des recettes mondiales ayant dépassé les 900 millions de dollars pour un budget initial de 155 millions. Impossible non plus de passer sous silence les critiques ayant pointé du doigt le ton plus enfantin du premier volet de cette nouvelle trilogie, des critiques auxquelles auront d’ailleurs eu droit L’Attaque des clones et La Revanche des Sith.

La prélogie Star Wars, conçue « pour des enfants âgés de 12 ans » selon George Lucas

À l’occasion du vingtième anniversaire de La Menace fantôme, son réalisateur George Lucas s’est exprimé sur une partie de la réception critique de l’époque. À la lecture de ses propos, rapportés et traduits par AlloCiné, on comprend que le problème se situe à son sens par un public ayant logiquement pris de l’âge entre la première et la deuxième trilogie :

« Les films ont été conçus pour des enfants âgés de 12 ans. Je l’ai dit dès le départ et lors des interviews que j’ai accordées au moment de la sortie d’Un nouvel espoir [NDLR : l’Épisode IV, soit le premier Star Wars sorti au cinéma]. Mais la saga est devenue tellement populaire que les gens l’ont oublié. Quand j’ai réalisé La Menace fantôme, vingt ans s’étaient écoulés. Si vous aviez dix ans au moment où les premiers films sont sortis, vous en aviez donc trente quand vous avez découvert La Menace fantôme. Et vous n’étiez donc plus un enfant. […] Et c’est selon moi la principale raison des critiques à l’encontre des Épisodes I, II et III. »

Cela en reviendrait il à dire que les premiers spectateurs des Épisodes IV, V et VI ne seraient pas (plus) en mesure de les apprécier aujourd’hui ?