Stephen Hawking en colère sur une publication critique sur l’origine de l’Univers

Un article coécrit par trois chercheurs et publié dans la revue Scientific American a créé une grosse vague de colère parmi les plus grands scientifiques du monde, dont Stephen Hawking. Paru en février dernier, le billet critiquait fortement la théorie sur l’inflation cosmique d’Alan Guth, allant jusqu’à la qualifier de « science poubelle ». En réponse à une telle provocation, une lettre ouverte signée par trente-trois physiciens en colère à été publiée dans la même revue.

La lettre est une réponse directe aux critiques proférées par le trio, dont l’un n’est autre que Paul Steinhardt, un ancien collègue de Guth. Parmi les signataires, il y a Alan Guth lui-même, Andrei Linde ainsi que les cosmologistes David Kaiser et Yasunori Nomura. Il y a aussi Lisa Randall du Harvard College, Leonard Susskind de l’université de Stanford et bien sûr Stephen Hawking.

Stephen Hawking

Tous admettent que la théorie de Guth n’est pas parfaite. Ce qu’ils n’acceptent pas en revanche,  c’est l’affirmation selon laquelle la théorie ne pouvait être testée, et donc non scientifique.

La théorie de l’inflation ne serait « pas vraiment scientifique »

Le billet avait affirmé que la cosmologie inflationniste ne pouvait « être évaluée à l’aide de la méthode scientifique ». Les détracteurs ont également enfoncé le clou en ajoutant que les scientifiques qui soutiennent cette théorie rejettent ainsi « la testabilité empirique » de la science.

Cette critique assez violente a provoqué la colère de tous ceux et celles qui étaient visés.

Dans la lettre ouverte, les trente-trois chercheurs ont fait bloc. Ils ont rappelé qu’en trente-sept ans, plusieurs prédictions de la théorie de l’inflation se sont avérées correctes, en plus de pouvoir être vérifiées. Cela a notamment été le cas pour la densité de masse moyenne de l’Univers.

Quant aux autres questions incertaines, ce n’est pas parce qu’elles sont encore sans réponses qu’elles ne sont pas scientifiques.

Une « guerre » d’opinions par lettre interposée

Suite à cette réponse enflammée de Guth et ses fidèles collègues, les auteurs du premier billet n’ont pas tardé à renvoyer la balle. Toujours dans le Scientific American, ils affirment maintenir fermement leur position. Pour eux, l’inflation était autrefois vérifiable. Aujourd’hui, elle est cependant passée de « théorie semblant faire des prédictions définitives » à « une théorie qui ne fait pas de prédictions définies ».

Rappelons que dans les grandes lignes, la théorie de l’inflation cosmique explique l’origine de l’Univers. Ce dernier aurait connu une phase d’expansion énorme juste après le Big Bang, suivi ensuite d’une importante libération d’énergie. La théorie avait été présentée en 1979 par Alan Guth, alors chercheur au Massachussets Institute of Technology (MIT).