Quand Stephen Hawking évoquait l’avènement de super humains

Dans ses dernières réflexions concernant les grandes questions sur l’univers, Hawking prédit l’arrivée imminente de « surhumains ». Grâce aux progrès de la génétique, les scientifiques seraient bientôt en mesure de créer des êtres dotés d’une mémoire améliorée, d’une résistance accrue aux maladies, d’une meilleure intelligence et de plus de temps à vivre.

Cette perspective serait au privilège des personnes fortunées et de leurs progénitures. La richesse constituerait, dans ce nouveau contexte de l’évolution, le catalyseur d’une avancée technologique extraordinaire.

Surhomme

Le célèbre scientifique a ainsi suscité la controverse.

Les recueils d’articles et d’essais du savant, publiés dans le Sunday Times, seront bientôt réunis dans un livre intitulé « A Brief History of Time ». À titre de rappel, Hawking est décédé en mars dernier.

Une nouvelle espèce génétiquement supérieure

En créant une nouvelle espèce nettement supérieure, grâce au génie génétique, la race humaine serait ainsi en face d’un grand changement.

Les personnes qui ne bénéficieront pas de cette amélioration seraient alors exposées à différents dangers. « Je suis sûr qu’au cours de ce siècle, les gens découvriront comment modifier à la fois l’intelligence et les instincts tels que l’agressivité », a écrit Stephen Hawking.

« Des lois vont probablement être adoptées contre le génie génétique chez l’homme », a spéculé le grand théoricien. « Mais celui-ci ne résistera pas à la tentation d’améliorer les caractéristiques humaines, telles que la mémoire, la résistance aux maladies et la durée de la vie ».

« Une fois que de tels surhumains apparaîtront, il y aura des problèmes importants avec des humains non améliorés, qui ne pourront pas rivaliser », a-t-il écrit. « Ils disparaîtront ou deviendront sans importance », a-t-il expliqué. « Il y aura une course d’êtres autoconçus qui s’améliorent à un rythme toujours croissant ».

Manipuler le code génétique comme dans un système numérique

Il existe aujourd’hui des techniques pouvant impacter de façon spectaculaire sur l’information génétique. Le « Crispr-Cas9 », par exemple, est un système d’édition d’ADN utilisé pour modifier des gènes nuisibles ou pour en ajouter de nouveaux.

Inventée il y a six ans, cette méthode a initialement été conçue pour le traitement des enfants atteints d’une forme de leucémie incurable.

Ce procédé permet de cibler et d’éditer avec précision les fragments du génome. Les lettres uniques du code génétique peuvent être manipulées à volonté comme dans un système numérique.