Streets of Rage 4 : Koshiro, Kawashima & friends confirmés

Depuis l’annonce même du projet, le mystère planait quant au(x) compositeur(s) qui s’attelleraient à la tâche. On sait désormais que pas moins de cinq artistes donneront musicalement vie à Streets of Rage 4, incluant Yûzô Koshiro et Motohiro Kawashima présents sur les BO des trois premiers jeux.

Il est de ces jeux dont l’intérêt baisse en flèche si le son vient à leur être coupé. Streets of Rage fait partie de la liste et les deux premiers suivants peuvent y être ajoutés pour ne chagriner personne. Quand Streets of Rage 4 a été annoncé l’année dernière, s’est alors rapidement posée la question de la bande-son à attendre.

crédit YouTube

Yûzô Koshiro, compositeur du premier Streets of Rage qui avait travaillé en binôme pour Streets of Rage 2 et 3, n’avait pas tardé à répondre à cette interrogation en déclarant qu’il n’était pas en mesure de confirmer ou de démentir quoi que ce soit. La situation a depuis bien évolué.

Koshiro et Shimomura, d’amicaux rivaux d’antan réunis sur Streets of Rage 4

On apprend ainsi que non seulement Yûzô Koshiro et Motohiro Kawashima répondront présents sur la bande originale de Streets of Rage 4, mais que trois autres compositeurs de renom y apposeront également leur patte : Yoko Shimomura, Hideki Naganuma et Keiji Yamagishi.

Dans un court documentaire diffusé par Dotemu sur sa page YouTube, Yûzô Koshiro considère d’ailleurs étonnant de travailler avec Yoko Shimomura alors qu’à la sortie de Street Fighter II, dont Mme Shimomura avait signé plusieurs pistes, le président de SEGA avait appelé à ce que Streets of Rage soit meilleur.

Pour rappel, Hideki Naganuma a déjà travaillé sur plusieurs titres de SEGA (Sega Rally 2, Jet Set Radio, Sonic Rush) et Keiji Yamagishi est l’homme derrière la partition du Ninja Gaiden de 1988. Une somme conséquente de talents donc, pour laquelle on pourra néanmoins craindre un manque d’unité. Dans tous les cas, le résultat qui sera rendu devrait se révéler tel le meilleur ingrédient du jeu, qui demeure aux dernières nouvelles une sortie bariolée dans des rues gentiment malfamées et à l’action tout sauf dramatique. Bon allez, une peluche à l’effigie de Yoko Shimomura et on fermera les yeux.

Mots-clés streets of rage 4