Stuxnet a bien touché l’Iran

Tout le monde nous disait que ce n’était pas vrai, que Stuxnet n’avait pas touché l’Iran, et c’était totalement faux. Un peu comme le nuage de la centrale de Tchernobyl qui se serait arrêté juste devant la frontière française. Car en effet, cet effroyable virus capable de détruire physiquement des installations a bien infecté le pays du chelow kabab et des libertés individuelles. Au total, ce sont 30.000 ordinateurs qui ont été touchés, mais pas ceux de la centrale nucléaire de Bouchehr…

L’information nous vient tout droit de Mahmoud Liayi, responsable des technologies de l’information au ministère de l’industrie et sans doute aussi futur réfugié politique. Point intéressant, selon Symantec (qui produisait autrefois de bons antivirus), près de 60 % des ordinateurs infectés par Stuxnet se trouveraient en Iran, ce qui prouve que ce dernier aurait bien été la cible d’une attaque organisée. Et en même temps, cela ne surprendra sans doute pas grand monde.

Mais, selon Mahmoud Jafari, la centrale nucléaire de Bouchehr n’aurait pas été touchée. Une information qui a été confirmée par Siemens. Ce dernier affirme en effet depuis le départ que ses logiciels ne sont pas installés dans la première centrale nucléaire du pays. Ce qui voudrait dire que nous ne risquons finalement pas notre vie et que nous pouvons par conséquent arrêter de creuser dans le jardin pour installer un abri anti-atomique.

Reste juste à savoir si c’est vrai.

Via (et merci à M. Xhark pour l’info)